Investir dans les autographes

Vous êtes ici :
Appelez-nous 01 43 25 60 48

Arts & Autographes
9 Rue de l'Odéon
75006 Paris

Ouvert du mardi au samedi
de 11h a 12h30 et 14h à 18h


Expertise Autographes expertise autographes de prestige

100 autographes de prestige trouvés


Rechercher :



Manuscrit autographe signé

CREVEL René
Manuscrit autographe sur Diderot. 14 pages in-4°, numérotées au crayon 1 à 12. — « Diderot et les femmes ». 1 page 1/2 in-4°. — « À propos de la Babuti ». 1 page in-4°. — « Sentiment et culte de la famille ». 4 pages in-4°. — « Amour de Diderot et de sa femme ». 1 page 1/2 in-4°. — « Lettres à Sophie Volland ». 2 pages in-4°. — « Les bijoux indiscrets ». 2 pages in-4°. — « Bibliographie ». 1 page in-4°. — « Lettres sur les aveugles et les S.M. ». 1 page in-4°. — « Les Salons ». 2 pages 1/2 in-4°.


Réf: 25104

6000 euros







Correspondance

RIBEYROLLES Charles
Très importante correspondance d’exil de 42 lettres autographes signées, adressées par Ribeyrolles à ses amis. Jersey, Guernesey, Londres, Petropolis, Saint-Vincent (île du Cap-Vert), puis Rio de Janeiro, entre 1858 et 1860. Correspondance très dense adressée à Fulbert Martin (7), Pianciani, Bonnet-Duverdier à Guernesey (25), divers amis à Rio. La dernière lettre, de ses amis, datée de Rio de Janeiro le 9 juillet 1860 relate l’enterrement de Charles Ribeyrolles et le choix de la pose d’une pierre tumulaire plutôt qu’un monument grandiose. On ne peut citer tous les détails de cette importante correspondance politique, consacrée à l’exil forcé de tous ceux qui avaient fui la France à la suite des événements de 1848 puis du coup d’État de 1851 qui évoque la vie mouvementée, les activités, les publications de l’auteur. Charles Ribeyrolles s’exile à Londres puis, après le coup d’État du 2 décembre 1851, sur l’île de Jersey. Il rendit visite fréquemment à Victor Hugo. Il devient le rédacteur en chef du journal hebdomadaire des proscrits, L’Homme, le journal de la Démocratie Universelle. Victor Hugo rédige son épitaphe, gravée sur sa tombe au cimetière de Catumbi à Rio de Janeiro : « À Charles Ribeyrolles. Il accepta l’exil ; il aima les souffrances ; Intrépide, il voulut toutes les délivrances ; Il servit tous les droits par toutes les vertus ; Car l’idée est un glaive et l’âme est une force, Et la plume de Wilberforce Sort du même fourreau que le fer de Brutus. » À cette correspondance sont joints 14 manuscrits (certains en fragments) d’articles politiques publiés dans L’Homme par Ribeyrolles et titrés « Bulletin politique », « Les dynasties », « L’assemblée de l’avenir », « La réaction espagnole », « Angleterre » « Espagne » ou « Italie », « Le 24 février », « Le traité de Paris », etc. Articles en majorité dirigés contre Napoléon III. Très bel ensemble pour chercheur ou centre d’archives.


Réf: 30179

6000 euros







Manuscrit autographe « Beau Sang ».

ROY Jules
Manuscrit autographe « Beau Sang ». Manuscrit de la pièce de théâtre en trois actes. Publiée par Gallimard en 1952.


Réf: 25575

6000 euros







Lettre autographe signée

MILLET Jean-François
Lettre autographe signée adressée à son ami le peintre Lavieille. «Vendredi » [circa 1849-1850] ; 1 page1/2 in-8°. « Mon cher Lavieille, Il serait bon que vous vinssiez voir comment va votre habitation ne fut-ce que pour une journée, car d’après quelques paroles échappées à Coppin, la fenêtre de votre atelier devrait être moins grande que vous n’en étiez convenus ensemble. Venez le plus vite possible & ne manquez pas de venir d’abord chez moi avant de voir Coppin, afin que nous puissions causer un peu de la chose en question. Vous saurez que ces gens-là (ceux de Barbizon) ont besoin d’être surveillés d’une façon très suivie, sans quoi on obtient la moitié à peine de ce dont on était convenu avec eux. Pour ma part j’ai des tracasseries avec mon propriétaire, ainsi pour la fenêtre de mon atelier qu’il voulait me réduire d’un quart et j’exige l’entier accomplissement de la chose convenue. Il va être forcé de démolir ce qu’il avait bâti, la fenêtre seulement. Je suis allé dernièrement à Paris, je vous dirai pourquoi je ne vous ai pas vu. Bonjour et poignées de main. »


Réf: 26355

6000 euros







Lettre autographe signée

MAUPASSANT Guy de
Lettre autographe signée, adressée à « mon cher ami ». 3 pages in-8°, en-tête manuscrit : « Je pars pour Tunis poste restante. » « Je vous demande bien pardon, mon cher ami, de ne vous avoir pas écrit plus tôt. Mais j’ai été et je suis fort souffrant. Mes douleurs de tête sont devenues un supplice qui ne me laisse guère de répit et cela me rend intolérable la rédaction d’un simple billet. C’est pour cette raison aussi que je ne peux prendre aucun engagement formel pour une date. Je dois d’abord le roman auquel je travaille à la Revue Illustrée. Je dois ensuite une longue nouvelle à la Revue des deux mondes et une autre à la revue : Les Lettres et les Arts. Je ne parle pas d’un petit roman promis moins formellement à l’Illustration. Vous comprenez que je ne peux, avec ces engagements et le désir absolu que j’ai de n’être ni troublé, ni pressé dans mon travail, fixer une date quelconque à l’Écho de Paris. Quand j’aurai une nouvelle, je la lui porterai ou je l’enverrai. Si par hasard je fais quelque chose d’un peu trop libre pour les recueils précités, l’Écho pour cette raison passera devant. Mais je ne veux pas qu’il me fasse dire “ vous m’aviez promis pour telle date etc, etc.” Quant aux conditions j’ai adopté comme prix étalon, que j’applique à toutes les publications en faisant un petit calcul proportionnel, le chiffre de 1F appliqué à la ligne du Figaro. Je ne m’étonne ni ne me blesse si on trouve la somme trop élevée. J’ai lu de vous des chroniques délicieuses à l’Écho dont l’envoi m’est fait très gracieusement. »


Réf: 27494

6000 euros







Portrait.

PASTEUR Louis
Huile sur toile signée en bas à gauche « A. Guibert ». Fin XIXe siècle ; 190 X 240 mm. Rare portrait de Louis Pasteur avec la rosette de la Légion d’honneur.


Réf: 28148

6000 euros







Ensemble de lettres signées

FRÉDÉRIC GUILLAUME III
Ensemble de 18 lettres signées, adressées au feld-maréchal Von Kalckreuth. Importante correspondance militaire de 1807 à 1813. En allemand. Longues lettres d’intérêt militaire. Correspondance à traduire.


Réf: 28699

6000 euros







Ensemble de lettres autographes signées

SUCHET Louis Gabriel, duc d’Albufera
Ensemble de 11 lettres autographes signées et de 1 lettre signée, adressées principalement à son frère Gabriel ou à des généraux. De 1795 à 1814 ; formats in-4° et in-8°. Adresses et cachets de cire rouge au dos pour certaines et marques postales pour d’autres (cachets de la grande Armée). Une grande partie des lettres est adressée à son frère, directeur des droits réunis du département de la Seine-Inférieure puis attaché à la Secrétairerie d’État au Grand Quartier-général de l’Empereur. Belle correspondance à caractère personnel principalement. On ne peut retranscrire toute cette correspondance, nous en extrayons quelques passages : il évoque [6 pluviose an VI, 25 janvier 1798] la Suisse et les événements qui « vont précipiter notre entrée dans le Pays de Vaud et dans deux ou trois jours, j’espère t’écrire de qque baillage, il faudra venger la mort de nos camarades et la liberté de toute la Suisse pourra bien en être le résultat. » — Breslau, 18 février 1808 : « Vive Napoléon ! Vive Dieu, voilà du positif et bon et excellent ami […]. Je remarquais avec sensibilité que ta bienveillante amitié ne s’est pas ralentie un seul instant. » — Breslau 28 février [1808 ?] : « Je donne un grand bal ce soir, et je crois in petto que c’est un bal d’adieu pour la bonne Silésie. » — « Nous avons beaucoup ri, beaucoup lu et joué, tes enfants sont à table avec nous et se portent à merveille. […] Tu sais bien que c’est une fille pour ton ami — je suis bien — et te prie de m’apporter ma selle de velours bleu avec la housse. » L’ensemble :


Réf: 28696

6000 euros







Pièce signée

TALLEYRAND-PÉRIGORD Charles-Maurice de
Pièce signée comme Ministre des Relations extérieures. [1797] ; 1 page in-folio. Extrait du traité secret de Campo Formio [17 octobre 1797]. « Art. 11. Sa Majesté l’Empereur ne s’oppose pas à l’usage que la république française a fait des fiefs impériaux en faveur de la République Ligurienne. Sa Majesté l’Empereur réunira ses bons offices à ceux de la république française, pour que l’Empire Germanique renonce aux droits de suzeraineté qu’il pourrait avoir en Italie, et spécialement sur les pays qui font partie des républiques Cisalpine & Ligurienne, ainsi que sur les fiefs impériaux tels que la Lunigiana et tous ceux situés entre la Toscane, les États de Parme, les républiques Ligurienne & Lucquoise et le cydevant Modenois lesquels fiefs feront partie de la république Cisalpine ». Il est très rare de trouver un tel extrait du fameux traité de Campo Formio signé par Talleyrand.


Réf: 28581

6000 euros







Ensemble considérable d’environ 168 documents manuscrits

THÉÂTRE DES MAISONS IMPÉRIALES. SERVICE DE LA MAISON DE L’EMPEREUR.
Ensemble considérable d’environ 168 documents manuscrits concernant les représentations à la Cour à Fontainebleau à Saint-Cloud à l’Opéra-Comique et aux Tuileries. Cet ensemble est composé d’états, de mémoires, de bordereaux et de bons de livraisons pour les années 1809 et 1812. Beaucoup sont signés par le premier chambellan, le comte de Rémusat, par Paër (environ 110 documents), directeur des spectacles de la Cour, par Bichet, inspecteur général des théâtres de la Cour, parfois par plusieurs à la fois (Paër et Rémusat). Pour l’année 1809, les documents concernent des représentations de Numa Pompilius, Roméo et Juliette (mars 1809), de vaudevilles et ballets, de cantates, de Cléopâtre (avril 1809), d’Eléonore (avril 1809), de La Vierge au soleil (décembre 1809). L’année 1812 voit surtout des spectacles pour l’Impératrice (l’Empereur était en Russie) : des concerts à Saint-Cloud, de l’opéra seria et buffa Pygmalion, etc. Lot très intéressant pour son ensemble cohérent donnant de nombreuses précisions sur les artistes et leurs appointements. PAËR Ferdinando [Parme, 1771 - Paris, 1839], compositeur italien, directeur du théâtre de la Cour impériale. RÉMUSAT Auguste-Laurent de [Valensole, 1762 - 1823], premier chambellan de Napoléon Ier.


Réf: 28764

6000 euros