Investir dans les autographes

Vous êtes ici :
Appelez-nous 01 43 25 60 48

Arts & Autographes
9 Rue de l'Odéon
75006 Paris

Ouvert du mardi au samedi
de 11h a 12h30 et 14h à 18h


Expertise Autographes expertise autographes de prestige

100 autographes de prestige trouvés


Rechercher :



5 lettres autographes signées

DUCOS DU HAURON Louis
Lettre autographe signée, adressée à « A. Lumière & ses fils ». Alger, 19 juin 1896 ; 4 pages in-4°. Très importante lettre sur la photographie en couleurs, adressée aux frères Lumières. Louis Ducos du Hauron était parti à Alger de 1884 à 1896. Cette lettre est écrite juste avant son retour à Paris. « Mon frère vient d’achever un long ouvrage intitulé La Triplice Photographique des Couleurs et l’Imprimerie, système de Photochromographie, Louis Ducos du Hauron, Nouvelles descriptions théoriques et pratiques mises en rapport avec les progrès généraux de la photographie, de l’optique, des tirages photomécaniques et des arts auxiliaires. Cet ouvrage rend compte de tous les travaux que j’ai consacrés, depuis une trentaine d’années, aux moyens de réaliser cette triplice sous ses différentes formes, et il divulgue d’importantes nouveautés tenues secrètes jusqu’à ce jour. Nous venons de traiter avec la librairie Gauthier-Villars pour l’impression de ce livre qui doit paraître prochainement. Il arrive bien à son heure. Ce qui est certain, c’est qu’en ce moment l’excessive vulgarisation de la photographie noire, devenue le passe-temps de presque tout le monde, prédispose nombre de photographes, amateurs ou professionnels, à vouloir réaliser, fallut-il un travail plus attentif ou plus compliqué, ce prestigieux idéal qu’on appelle la couleur. Vous-mêmes, Messieurs, avez compris toute la puissance de cette aspiration et vous l’avez secondée. Vous l’avez secondée, non seulement par la création des plaques spéciales qui conviennent pour la mise en œuvre de la chromophotographie interférentielle de M. Lippmann, mais encore et à une date plus récente par l’inauguration d’un très beau procédé de tirages par voie de réversibilité d’empreintes, lequel rentre dans la Triplice photographique des couleurs. À notre tour, dans le livre en question, tout en y mentionnant avec soin ce procédé, nous avons fait, mon frère et moi, un exposé complet de tous les autres modes de tirages, qui, en l’état actuel de la science et de l’industrie, s’attachent à la reconstitution de nos trois couleurs. […] Il est hors de doute que cette publication venant s’ajouter soit aux projections polychromes, soit aux impressions pigmentaires effectuées un peu partout, en Europe et en Amérique, d’après le même principe de division et de synthèse des couleurs, va précipiter le mouvement. Dans ces circonstances, je vous prie, Messieurs, de prêter toute votre attention à ce que je vais vous dire : Qu’ils le veuillent ou non, tous ceux qui, sous une forme quelconque, tirages photomécaniques et accélérés ou tirages d’amateur et à petite vitesse, vont vouloir faire de la polychromie photographique en trois couleurs, seront forcément conduits à préférer aux incommodes et encombrantes triples chambres noires proposées soit par moi-même jusqu’à ces derniers temps, soit par différents constructeurs, le dispositif que j’ai imaginé et breveté sous le nom de Polyfolium Chromodialytique : c’est un mince cahier constitué par une alternance d’écrans colorés pelliculaires et de pellicules sensibles s’impressionnant les unes à travers les autres, le tout contenu dans le châssis négatif d’une chambre noire quelconque. Le livre que nous allons faire paraître contient la minutieuse description de ce dispositif. Je viens de l’expérimenter à fond : il fonctionne dans la perfection, il me procure le trio irréprochable des trois phototypes, créés, l’un par la lumière bleu-violette, le second par la lumière verte, le troisième par la rouge-orangée. Pour ces expériences j’ai dû, faute de trouver dans le commerce les trois pellicules toutes préparées, m’accommoder de pellicules Planchon mises en vente par votre maison ; j’ai dépouillé du gélatino-bromure d’argent deux de ces pellicules et j’y ai substitué les préparations transparentes voulues, la troisième, celle du rouge-orangé, étant laissée telle quelle. Une pression très modérée du livret dans le châssis a assuré la grande finesse des trois images. […] Je viens maintenant vous proposer de vous charger de la fabrication industrielle de ce polyfolium. […] Autre chose non moins importante que j’ai à vous soumettre : dans ma lointaine, trop lointaine résidence, j’ai appris les considérables succès de votre cinématographe ; je sais qu’il fait courir tout Paris ; mais j’ai appris également […] que M. Francis Jenkins aurait imaginé un appareil baptisé par lui du nom de phantoscope qui constituerait un progrès. […] Il y a un grand nombre d’années, j’imaginai non seulement le principe, mais tous les détails de cet art merveilleux qui, théoriquement présenté plus tard par M. Maret en France et exécuté en Amérique par Edison sous une forme défectueuse, a été repris par vous dans de meilleures conditions ; je pris soin de garantir en ma faveur, par les moyens légaux, tous mes droits d’antériorité, de propriété sur cette invention. Les circonstances ne me permirent pas la mise à exécution du système. Il entre absolument dans les projets de mon frère de publier une brochure spéciale rétablissant, tout au moins dans un intérêt honorifique, mes droits d’inventeur : les mémoires ou je consignai mes descriptions d’autrefois vous fourniraient au besoin des armes à l’encontre des prétendus perfectionnements de M. Francis Jenkins dont je décrivis nettement le système procurant à la fois la continuité du mouvement et la non intermittence de l’éclairage. […] Je suis prêt, Messieurs, avant de m’adresser à tout autre[…] à vous faire bénéficier de ma science spéciale et des documents dont je dispose. Voyez, Messieurs, dans quelles conditions vous pourriez m’encourager à vous faire ouvertement mes communications ». On joint : DUCOS DU HAURON Alcide [Langon, 1830 - Savigny-sur-Orge, 1909], avocat à Alger et frère de Louis. Ensemble de 3 lettres autographes signées, adressées à Auguste Lumière. 1896-1912. — Sans date, « Mardi » ; 1 page 1/2 in-12, à l’encre rouge. « C’est avec une bien grande joie que nous voyons arriver le moment, où, enfin nous allons avoir le bonheur de faire votre connaissance. C’est par un simple mot, comme vous le feriez avec des parents, que nous vous prions de nous annoncer votre arrivée en nous disant simplement le jour où vous viendrez déjeuner ou dîner avec nous. Notre installation est simple mais n’en est pas moins confortable, et certainement ce serait de très bon coeur que nous vous verrions accepter une hospitalité entière. Nous avons une bonne chambre à offrir […] vous serez absolument chez vous, à 15 minutes du centre de Paris. » —1896 : Lettre dans laquelle Ducos du Hauron présente son travail et son ouvrage le «Triplice photographique des couleurs et de l’imprimerie » : « J’ai appris les considérables succès de votre Cinématographe […] Monsieur François Jenkins aurait imaginé un appareil baptisé par lui du nom de Phantascope […] Je vais vous faire une révélation que vous ne dédaignerez certainement pas. Il y a un grand nombre d’années j’imaginai non seulement le principe, mais tous les détails de cet art merveilleux. […] Je vous prie soin de garantir en ma faveur, par les moyens légaux, tous mes droits d’antériorité, de propriété de cette invention ». — 11 juillet 1900 ; 4 pages in-12. Importante lettre scientifique. Il remercie L. Lumière pour son envoi de pellicules rigides. « Nos plaques colorées nous ont donné un mal de chien. Un jour les choses se passaient à la perfection, le lendemain, rien ne pouvait réussir. L’insuccès venait toujours de questions de détails, tout à fait en dehors du principe parfait en lui-même. Bref ! aujourd’hui tout va pour le mieux et à l’aide de nos Mélano A avec lesquels on obtient en une seule pose de 8 à 10 secondes et avec un seul objectif, les trois négatifs de n’importe quel sujet, il est aisé d’obtenir de très beaux résultats en couleur. Les amateurs photographes semblent s’intéresser de plus en plus à la photographie des couleurs, et certainement si nous ne réussissons pas, faute de capitaux, d’autres pourront en prenant nos affaires toutes créées, réussir pleinement. Ces derniers modèles d’appareils se vendent bien et l’amateur est heureux de réussir à coup sûr. La préfecture de police pour son service ant[h]ropométrique, vient d’adopter définitivement après essais couronnés de succès, ce nouvel appareil, qui sert non seulement à prendre les trois négatifs qu’on peut utiliser pour n’importe quel mode de tirage, mais aussi à la vision synthétique. Notre modeste exposition a semblé intéresser vivement les membres du jury. Qu’adviendra-t-il de tout ça ? Je l’ignore. Ce qu’il y a de très sûr c’est que de tous les coins de l’horizon, nous recevons des demandes de renseignements, des commandes, auxquelles nous ne pouvons pas donner satisfaction, car notre installation, aussi simple que notre personnel, ne nous permet pas une production très régulière ». On joint : une lettre autographe signée « Al. Ducos du Hauron ». 3 avril 1912 ; 2 pages in-12 sur papier de deuil. « Comment vous exprimer les sentiments que j’éprouve, et mon entourage avec moi, en apprenant l’acte si généreux que m’annonce votre lettre reçue ce matin. […] Nous sommes une fois de plus touchés. Dans les heures si cruelles que nous traversons, quelle détente, quel repos d’esprit vous venez de nous procurer » On joint une lettre très intéressante du docteur Léon Duchesne, à Louis Lumière, concernant la microphotographie (1892).


Réf: 31009

8000 euros







RELIURE AUX ARMES.

BONAPARTE Joseph, prince, comte de Survilliers
« Lettera pastorale » de Bernardo Della Torre. Napoli, nella stamperia Simoniana [probablement 1807] ; in-4°, 14 pages -2 blanches. Basane fauve marbré, dos lisse orné d’une frise de rubans et de fleurs dorée, large encadrement doré sur les plats avec aigle impérial doré au centre frangé de rinceaux végétaux, coupes guillochées (reliure de l’époque). Le vicaire général de Naples compose là un panégyrique de Napoléon et de son frère Joseph (roi de Naples depuis le 30 mars 1806), à l’occasion de la paix qui suivit la victoire de Friedland (14 juin 1807). Exemplaire de dédicace offert par l’auteur à Joseph Bonaparte (fer armorié inconnu à Olivier), estampille couronnée à l’encre rouge « R.B » avec, en dessous, une estampille à l’encre bleue : « duplicado ». Splendide reliure italienne aux armes de Joseph Bonaparte, roi de Naples.


Réf: 28690

8000 euros







RECUEIL DE POÈMES, DE PENSÉES et dessins

LIVRE D’OR
Livre d’or pour le fils de Georges Ricou, Tony Ricou. Superbe album amicorum richement illustré à pleine page de dessins et de pensées autographes signées. De 1913 à 1938 ; 220 x 285 mm. Tony Ricou alias “Richard Tavernier” [1912-1944] fut un résistant français et un dirigeant de combat Zone Nord. Avant-guerre, il est adjoint au chef de cabinet de Camille Chautemps. En juin 1940, affecté au 2e bureau de la Place de Paris, arrêté le 5 février 1942, il est emprisonné à Fresnes au Cherche-Midi puis déporté à la prison de Sarrebruck il est condamné à mort et guillotiné à la prison de Cologne. Le livre d’or a été commencé en 1913, par son père Georges, homme politique de gauche, il avait alors 1 an, les derniers écrits sont de 1933. De très nombreux artistes ont laissé une trace de leurs passages dans la vie de cet homme courageux qui a exposé et perdu sa vie au service de la France. — Un petit poème de Jean Richepin 1919 — Poème de Louis Marsolleau. — Une chanson de l’écrivain Maurice Maeterlinck. — Poème autographe signé d’André de Lamandé 1920. « Le vieux Mal est toujours tout près d’être vainqueur, Et le bien ne prévaut qu’en s’y rompant le coeur! » de Fernand Gregh poète et critique littéraire — Un petit air composé par Claude Terrasse qui a écrit la musique de la pièce Ubu Roi d’Alfred Jarry 1913. — Petit poème d’Albert du Bois, homme de lettre de langue française et diplomate belge militant wallon 1919. — Une page musicale autographe signée par Manuel de Falla, 1913. — Un dessin de Charles Granval acteur 1919 — Page de texte du dramaturge français Henri Bernstein. « Ou donc est-il ce temps charmant où le mot m’arrivait si vite! Le mot venait d’abord, et la pensée ensuite... J’était un poète vraiment! » de Tristan Bernard. — Superbe dessin de Don 1920 — Superbe dessin de E. Clair-Guyot 1926. — Poème autographe signé de Paul Bourget. — Superbe dessin à la gouache de Joseph Hémard. — Poème d’Henry Marx écrivain français, auteur de romans, de poèmes, de pièces de théâtre et d’essais. — Petit écrit d’Henri Bataille dramaturge et poète français . — Petit écrit de Jean Sarment acteur et écrivain français. — Très beau poème de Paul Fort, poète et dramaturge français « La Ronde autour du Monde Si toutes les filles du monde voulaient s’donner la main, tout autour de la mer elles pourraient faire une ronde Si tous les gars du monde voulaient bien être marins, ils f ’raient avec leurs barques un joli pont sur l’onde Alors on pourrait faire une ronde autour du monde, si tous les gens du monde voulaient s’donner la main». — Très beau dessin colorié de Bétout costumier pour le théâtre et le music hall 1921. — Un dessin au crayon de couleur de Jean Gabriel Domergue. — Très beau portrait signé par Henri Rudaux artiste peintre. — Page de musique autographe signée de Manuel de Falla, 1928. — Une page musicale autographe signée d’Alfred Bachelet, compositeur et chef d’orchestre français 1928 . — Une portée musicale autographe signée Georges Hüe compositeur de musique français (prix de Rome en 1879) — Une page musicale autographe signée de Max d’Ollone chef d’orchestre, compositeur et musicographe français 1930. - Et bien d’autres encore... Un magnifique livre d’or.


Réf: 29412

8000 euros







Lettre autographe signée

DREYFUS Alfred
Lettre autographe signée, adressée à un procureur. 15 juillet 1906 ; 1 page in-8°. « Je tiens à vous exprimer toute ma reconnaissance et toute mon admiration pour le courage et la conscience avec lesquels vous avez requis lors de la première révision, sans souci des calomnies et des injures. »


Réf: 29652

8000 euros







Photographie autographe signée, dédicacée

SAINT-EXUPÉRY Antoine de
Photographie autographe signée, dédicacée à Emile Lassalle. [Vers 1938] ; 146 X 110 mm. Antoine de Saint-Exupéry, en compagnie de son mécanicien André Prévot posent devant un avion, en janvier 1938. « Pour Monsieur Emile Lassalle, en très amical souvenir A.de Saint Exupéry ». Photographie Mondial Photo Presse (cachet au dos). Les photographies dédicacées de Saint-Exupéry sont d’une grande rareté.


Réf: 30526

8500 euros







Très beau portrait en fixé sous verre

GARIBALDI Giuseppe
Très beau portrait en fixé sous verre. XIXe siècle. Garibaldi est représenté en uniforme de major-général de l’armée piémontaise. On peut dater le tableau de 1859-1860. Présenté dans son cadre d’origine. (Hauteur 580 mm). Giuseppe Garibaldi est la grande figure du risorgimento italien, un personnage emblématique, élevé au rang de mythe par la République italienne. Très jolie peinture.


Réf: 31049

9000 euros







Lettre autographe signée du Docteur Emile Blanche sur Gérard de Nerval

Lettre autographe signée du Docteur Emile Blanche sur Gérard de Nerval
Lettre autographe signée du Docteur Emile Blanche sur Gérard de Nerval. Passy, 24 septembre 1862 ; 2 pages 1/2. « Je vous remercie de la lettre affectueuse que vous avez bien voulu m’écrire […]. Je m’empresse de vous adresser toutes les pièces dont je vous ai parlé qui peuvent vous intéresser, et je n’ai pas besoin de vous dire que j’approuve d’avance tel usage qu’il vous plaira d’en faire. » À la suite de cette lettre, le remarquable passage sur Gérard de Nerval « Gérard de Nerval est entré pour l’avant-dernière fois dans la maison de Passy le 8 8 bre 1853. Il en est sorti le 27 mai 1854 pour voyager en Allemagne. Il a été ramené à la Maison de santé le 8 août 1854. Il en est sorti définitivement le 18 8 bre 1854. Il est mort le 26 janvier 1855. » Le 27 janvier 1855, le docteur Blanche écrivait :  « Se croyant la même énergie d’imagination et la même aptitude au travail, Gérard de Nerval comptait pouvoir vivre, comme autrefois, du produit de ses œuvres ; il travailla plus que jamais, mais il fut déçu dans ses espérances. Sa nature indépendante et sa fierté de caractère s’opposaient à ce qu’il voulût rien recevoir, même des amitiés les plus éprouvées ; sa raison s’est égarée, et c’est bien certainement dans un accès de folie qu’il a mis fin à ses jours. »


Réf: 30175

9000 euros







Communiqué du décès du maréchal Pétain à l’île d’Yeu

PÉTAIN Philippe
Communiqué original du décès du maréchal Pétain à l’île d’Yeu, le 23 juillet 1951 ; 1 page in-8° Certificat original affiché à l’île d’Yeu, signé par le médecin capitaine Maître. « Communiqué : “Le Malade est décédé ce matin à 9 heures 22”. Le 23 juillet , 9 heures 45, Le Médecin Capitaine Maître ». Est jointe une lettre autographe signée du médecin Maître authentifiant ces deux pièces. « Entre les deux pièces qui m’ont été présentées par Monsieur Pierre Bourget il m’est apparu que le certificat original affiché à l’île d’Yeu est celui qui comporte mon cachet au dessus de ma signature. » On joint l’autre certificat identique (mais sans le cachet de l’île d’Yeu). Un papier sans doute de la main de Bernard-Derosne explique l’origine : « Ce document historique a été apporté le 23 juillet 1951 à l’Hôtel des voyageurs, à l’île d’Yeu par un garde-mobile et aussitôt affiché à l’usage de la presse. Après l’enterrement de Pétain, il fut joué au 421 par deux journalistes, Ledieu de l’A.F.P. et Bernard-Derosne de l’Aurore et gagné par celui-ci. Ledieu en fit établir un second par le médecin pour sa collection personnelle. »


Réf: 29350

9000 euros







Ensemble de 12 lettres autographes signées

VILLIERS DE L’ISLE-ADAM
Ensemble de 12 lettres : — Lettre autographe signée, adressée à « Mes chers amis ». Sans date ; 3 pages in-8°. Pas signalée dans la Correspondance (ancienne collection Colonel Sicklès). « Je vous écris à la hâte. J’ai oublié, dans mon zèle, de vous dire le titre : c’est : Fiat in Oriente Hax !.. Je m’occupe du numéro avec des noms […], ainsi que vous m’avez autorisé à le faire. Réfléchissez bien et froidement aux avantages de la chose : le Gd duc Nicolas vient de quitter San Stefano, le vent est à la Turquie libérale, c’est l’occasion même en France. De plus ce sont des vers, quand le diable y serait !... Donc honorable de les publier. Quant à la suite, je n’ai rien à ajouter, vous avez du tout comprendre d’un coup d’oeil. Mes vêtements de gala m’arrivent lundi à 4 heures je serai chez qui de droit, et vous verrez. Si vous avez su tirer parti ultérieurement de la situation cela vous regarde ! Relativement au journal, c’est un pétard terrible, une vente quintuple ou sextuple assurée là bas, enfin les choses sérieuses en plus, pour le présent ou l’avenir. Pendant que je vous cherche le reste, faites composer le plus vite possible, revoyez les vers faibles, dans la description de la fin, - mercredi je serai chez vous à 4 heures […] J’enverrai l’autographe de Victor Hugo au mieux lundi. » — Lettre autographe signée, adressée à M. Malherbe. Sans date ; 1 page in-16. (N°481 de la Correspondance générale). « Ne cherchez plus ! J’ai trouvé, par un hasard plus qu’étonnant. Le paquet de cette épreuve 12 était roulé et enveloppé à votre adresse, et je n’avais oublié que de le porter. » — Lettre autographe signée, adressée à Louise Dyonnet. [1864] ; 1 page in- 8°. (N°28 de la Correspondance générale). En 1863, il noue une liaison avec Louise Dyonnet, une demi-mondaine, mère de deux enfants, et accomplit un séjour de quinze jours en août à Solesnes, où il rencontre Louis Veuillot. En 1864, alors qu’il rompt avec Louise Dyonnet, il fait la connaissance de Flaubert et se lie d’amitié avec Mallarmé, son père fait une nouvelle fois faillite. « Ma chère Louise, je n’ai que le temps de jeter à la poste ce petit mot. […] Mardi, vous pourrez demander au comptoir du café dont nous sommes convenus, une petite boîte que j’ai laissée hier pour vous. Vous y trouverez une lettre, dans laquelle je vais ajouter un louis, pour votre voyage et votre dîner, puisque vous êtes pauvre en ce moment. Impossible de vous offrir davantage. […] Je ne pourrai pas venir mardi. Ne m’en veuillez pas et sans adieu ». — Lettre autographe signée, adressée à sa femme. [1878] ; 1 page 1/2 in-8°. (N°183 de la Correspondance générale). « L’article de 5 colonnes paraît après-demain matin. Je suis au milieu de tout ce monde royaliste et convoqué pour l’hôtel Continental jeudi prochain à la séance des comités. […] Il faut faire l’impossible, si ce n’est pas au dessus de vos forces ; il faudrait absolument dix francs ! Songez donc, après sept années d’attente, c’est fini. Sept années, de disette, de Pharaon ! Elles ont précédé les autres avec moi. » Très intéressant ensemble entièrement inédit, concernant la préparation du drame Le Nouveau Monde, qui fut une de ses oeuvres qui donna sans doute le plus d’espoir à Villiers de l’Isle-Adam. H. Ballande, directeur du théâtre des Nations, contacta Villiers au printemps 1880. Tout en étant enthousiaste du drame, Ballande se montra prudent et entendait bien être couvert de ses frais à l’avance. La correspondance que lui adressa Villiers, et qui se trouve ici réunie, montre bien les atermoiements de Ballande durant le printemps et l’été 1880. L’affaire traîna en longueur, et la représentation ne put avoir lieu. 4 lettres autographes signées, adressées à H. Ballande, directeur du Théâtre des Nations. Formats in-8° : 21 mars 1880 : « Comme je doute que vous puissiez me donner mon manuscrit du Nouveau Monde demain au soir, à cause de la longueur des indications de mise en scène, et comme je vais à la campagne ce soir pour n’en revenir que mardi, je passerai moi-même, chez vous, mardi, vers quatre heures, pour prendre la copie et vous donner le drame en l’acte dont je vous ai parlé. Voici, ci joint, les Personnages du Nouveau Monde. J’avais oublié de vous dire que les indications de mise en scène, entre le dialogue, et à la suite des noms des personnages de ce dialogue, doivent être souligné à l’encre rouge. » ; 11 mai 1880 : « N’ayant aucune espèce de nouvelle de ce dont je vous avais parlé, ayant fait une démarche à laquelle il ne m’a pas encore été répondu, je me vois obligé, pour ne pas vous induire en des engagement qui pourraient ne pas être réalisables, de renoncer au moins, pour le moment, à la représentation du Nouveau Monde sur votre scène. » ; 20 mai 1880 : « M. Marras et moi nous nous sommes infructueusement présentés ce soir, au théâtre, pour vous soumettre le projet d’une démarche immédiate uni ne pourrait qu’amener d’excellents et effectifs résultats. Comme il s’agit d’entrer en répétitions, ou tout au moins en lecture, vers le 26 du courant et que cette mise à l’étude du Nouveau Monde est subordonnée à la location d’une cinquantaine de loges, il est un moyen de hâter cette combinaison. Le premier et principal avertissement sera donné samedi matin, 22, dans le The continental gazette, journal américain très important. De plus je me suis assuré le concours de quelques chroniqueurs influents qui présenteront la chose sous le jour excellent qu’elle mérite. […] Il faudrait, soit par une lettre d’introduction qu’il vous serait facile d’obtenir, soit tout simplement par une demande d’audience immédiate au ministre des États-Unis, M. Noyes, vous présenter chez lui. Sans lui parler aucunement de souscription, ni du prix même que vous désiriez louer les loges pour les trois premières soirées, vous priez M. Noyes de vouloir bien honorer de sa présence la représentation du 4 juillet. […] Et bien, en obtenant de lui ce simple assentiment, nus acquérons le droit d’imprimer, de publier dans la presse française et américaine, — et anglaise —, que le ministre doit assister à la première soirée, ce qui donne un caractère de patronage officiel à notre affaire. […] Maintenant, il n’est pas de réclame plus sérieuse, plus attirante du public de la location, que la mise à l’étude même de l’ouvrage, que les répétitions connues et commentées par la presse, presque tous les jours. De plus, lorsqu’il s’agit d’un drame distingué, d’un prix important, revêtu déjà d’une célébrité de presse exceptionnelle, devant être représenté à propos d’un événement national, […] dans une époque où devront fermer les principaux théâtres, comment voulez-vous que, non pas les trois premiers, mais les dix première soirées au moins ne soient pas assurées à l’avance et que la location s’arrête ? Je ne comprends donc pas bien la nature de votre hésitation quant à la mise à l’étude du Nouveau Monde. » ; 10 octobre 1880 : « Je prends la liberté, mon cher Directeur, de vous recommander de la manière la plus sérieuse (si toutefois même, il est besoin de cette recommandation), Madame Leroy. Je lui crois des qualités nerveuses (chose très étrange à dire d’une artiste dramatique !) et de plus une jolie et intelligente voix, qui passe bien la rampe et qui dit juste. Quant à sa personne, il suffit de la regarder pour être fixé très vite sur le charme qu’elle doit exercer sur une salle. » — Lettre autographe signée. Janvier 1884 ; 2 pages in-8°. (N°269 de la Correspondance générale). « J’ai reçu vos deux derniers numéros et je ne sais comment vous remercier d’avoir compris qu’effectivement cette scène d’Axël, inintelligible seule (quelques efforts que j’ai faits pour la rendre même lisible, ne convenait pas au Monde militaire. […] Donc n’en parlons plus. Je vais donc vous donner, gratis (ayant déjà touché de l’or pour ce dialogue), un article rédigé pour le journal. Ceci le plus tôt possible, puisque, maintenant, je suis à peine debout. » — Lettre autographe signée. 29 décembre 1884 ; 1 page 1/2 in-8°. (N°127 de la Correspondance générale). « Vous m’avez donné, le mois dernier, un coup d’épaule qui m’a été salubre ; complétez-le, voulez-vous ! Encore quelques jours de travail et je serai sauf. Je ne suis pas venu le 25, espérant pouvoir me passer du second billet de cent francs ; mais quelle fin d’année ! J’ai bon courage, ce n’est qu’un moment ! Je rembourserai. Lorsqu’on offre les chances d’un succès réel avec des décors ordinaires, on est joué vite, et s’il faut en croire tous mes amis, j’ai en mains quelque chose de sérieux dans ces conditions. Pouvoir achever et agir n’est plus qu’une question de strict nécessaire. » — Lettre autographe signée, adressée à l’éditeur Scheuring. Paris, le 29 février 1886 ; 2 pages in-8°. (N°330 de la Correspondance générale) « Voudriez-vous s’il vous plaît m’envoyer, dans le courant de la semaine, le montant du prix de de la vente de mes Premières Poésies depuis notre dernier règlement (qui date de plusieurs années). On est venu me demander des dédicaces sur la première page de 24 exemplaires achetés ( et achetés cher) depuis moins de deux ans. » — Lettre autographe signée, adressée à M. Malherbe. 6 août 1887 ; 1 page in-8°. (N°417 de la Correspondance générale). « Il va sans dire que la nouvelle qui paraît ce matin par hasard et enfin, savoir l’Agrément inattendu, n’est pas la chronique intitulée L’humble modèle, spécifiée dans mon bon pour toucher, consenti à la maison Quantin. Cette chronique devant seulement paraître lundi matin. »


Réf: 29442

9000 euros







Plume et encre noire. Vue de Marseille

MARQUET Albert
Vue de la « Bonne Mère » à Marseille. Plume et encre noire. 20,5 x 17 cm. Signée en bas à droite.


Réf: 32235

9500 euros