Investir dans les autographes

Vous êtes ici :
Appelez-nous 01 43 25 60 48

Arts & Autographes
9 Rue de l'Odéon
75006 Paris

Ouvert du mardi au samedi
de 11h a 12h30 et 14h à 18h


Expertise Autographes expertise autographes de prestige

100 autographes de prestige trouvés


Rechercher :



Lettre autographe signée

LETTRE DU SANS-CULOTTE BARTAGNAC
Lettre autographe signée du sans-culotte Bartagnac, surveillant du pouvoir exécutif à Narbonne le 1er germinal an II [21 mars 1794] ; 3 pages in-4°, cachet de cire rouge monogrammé et marqué « Sans Culotte français ». La première page présente un liseré tricolore dessiné à l’aquarelle et une gouache de deux branches de laurier, de drapeaux français et du bonnet phrygien sur une pique. Lettre politique enflammée : « Brave montagnard, continuez votre ouvrage, il est digne des révolutionnaires » ; il résume la situation politique du moment : « ces hommes […] que le représentant du peuple Boisset a fait mettre en liberté et les coquins sont élargis, tandis que des milliers de patriotes languissent dans les cachots. » Il conclut : « Des orages semblent nous menacer […] et plus les ennemis intérieurs et extérieurs s’élèvent en masse et plus la terreur de la montagne les précipitera dans l’abîme. Les têtes des aristocrates et des modérés […] vont bientôt tomber sur le razoir national. » Très rare lettre illustrée révolutionnaire. MAIDIEU-BARTAGNAC Jean-François [vers 1739 - vers 1805], fils d’un des plus riches propriétaires du Lot-et-Garonne, un des membres les plus ardents du club de Villeneuve-sur-Lot, volontaire au 3e bataillon de la Dordogne, puis adjudant de l’artillerie dans la légion des Pyrénées. Exalté, il se disait le second Marat de la République et envoyait à Paris des plans de campagne et des détails sur l’Espagne où il prétendait avoir servi. Armer les galériens, exciter les Marocains à la révolte et les jeter sur Madrid, piller les églises d’Espagne et, avec les cent milliards qu’on y trouverait, rétablir les finances françaises, tels étaient quelques-uns des projets de celui qui se proclamait une « grande âme » et « un génie inventeur ». Il fut employé à l’état-major de Marbot et de Dagobert, et devint adjudant-général (chef de bataillon et commandant de la place de Leucate).


Réf: 28538

9500 euros







Lettre autographe

POMPADOUR marquise de
Lettre autographe, adressée au duc de Choiseul. 17 mars 1755 ; 1 page in-8°, adresse et sceau de cire aux armes. Très belle lettre. « Je ne puis m’empecher de vous faire part de la très grande passion qui vient de me prendre pour S.S. [Sa Sainteté] Elle a ecrit au roy une lettre digne du prince de l’Eglise, du chef de la religion, d’un bon français et d’un père tendre, je l’aime à la folie. [il s’agit de la bulle Unigenitus et des billets de confession]. Je voudrais bien que nous fussions aussy bon sujets icy, dans tous les genres, il s’en faut malheureusement beaucoup, nous sommes aux fanatiques, pour toute nouriture, et de tous les cotés. Plaignés nous et loués le St Père. Je suis fort aise que sa lettre, et la réponse passe par vous, c’est un moyen de plus d’estre utile, vous scaves touttes les raisons qui me le fonts désirer, M. Vouillé sy prête de tres bonne grace ». Très rare.


Réf: 25560

10000 euros







Poème signé

GOETHE Johann Wolfgang von
Poème signé, imprimé, Die Feier des siebenten avec signature et date autographes. 28 août 1831; 1 page in-8° avec encadrement imprimé ; en allemand. Très belle pièce décorative. Poème célébrant les festivités du 50e anniversaire de l’arrivée de Goethe à Weimar, le 7 novembre 1775 (Goethe l’avait en fait composé en 1819, en remerciement aux félicitations pour son 70e anniversaire) : le poète s’y compare à un chevalier entouré de ses nombreux fils s’avançant vers le trône de l’empereur. Il est ici envoyé le 28 août 1831 à l’occasion de son 82e anniversaire. « Sah gemalt, in Gold und Rahmen, Grauen Barts, den Ritter reiten Und zu Pferd an seinen Seiten An die vierundzwanzig kamen » Traduction : « J’ai vu, dans un cadre doré, le chevalier à barbe grise, en selle, entouré de deux douzaines de cavaliers. Ils s’avançaient vers le trône de l’Empereur, accueillis avec plaisirs, gaillards plein de vigueur, un air en même temps de grâce et de décence, et tous félicitaient le père entouré de ses fils et filles, brillantes étoiles, bien formés, vigoureux, éprouvés dans l’action, d’esprit libre, maîtres d’eux-mêmes, toujours soucieux de la besogne présente, dévoués et tous silencieusement persévérants.» Sous le poème, Goethe a inscrit à l’encre brune sa signature « JWGoethe », et la date « erneut d. 28 Aug. 1831 » [renouvelé le 28 août 1831].


Réf: 28293

10000 euros







Manuscrit autographe signé

JAMMES Francis
Manuscrit en partie autographe signé et édition originale de son ouvrage biographique sur le cardinal Lavigerie. 2 volumes en maroquin rouge sous étuis. Importante biographie du cardinal Lavigerie [1825-1892], archevêque d’Alger à partir de 1867 puis chef de l’église d’Afrique, qui engagea un effort important d’évangélisation en Afrique, fondant notamment la société des Pères Blancs (1868), et s’illustra dans la lutte contre l’esclavagisme. — Le manuscrit est en grande partie autographe, signé en six endroits. Environ 130 pages in-folio dont environ 100 de la main de Francis Jammes et 30 dictées à sa fille Bernadette. Nombreuses ratures et corrections autographes, aussi bien sur les pages autographes que sur celles dictées. Le tout relié en un volume in-folio, maroquin rouge, dos lisse, plats ornés d’un listel vertical de veau crème entre deux filets dorés coupant un filet doré horizontal, encadrement intérieur de maroquin rouge où se poursuivent le listel et les filets des plats, étui. Sur la première page de titre, Jammes a précisé : « Hasparren. Basses-Pyrénées. Livre sur le cardinal Lavigerie commencé le 7 juillet 1926 », et a rappelé le lieu sur les pages de titre des deux autres parties du texte. Une note manuscrite, signée « Ginette Francis Jammes» et datée du 25 décembre 1942 à Hasparren, certifie l’authenticité de l’écriture du poète et de sa fille. Comparé à l’édition originale, le texte comprend de très nombreuses variantes (dans sa structure et dans le détail) dont plusieurs passages supprimés. En frontispice a été relié un portrait gravé du cardinal par Jasinski d’après Bonnat. — L’édition originale. Lavigerie. Paris, E. Flammarion, 1927, in-8° carré, (2)-201-(2) pages, maroquin rouge, dos lisse, tête dorée sur témoins, étui. Un des cinquante exemplaires de tête sur hollande. Portrait-frontispice à l’eau-forte tiré sur japon. On a relié en tête de cet exemplaire un manuscrit autographe de Francis Jammes (9 pages in-folio avec ratures et corrections), intitulé « Cambo» et correspondant au chapitre XVIII de Lavigerie. Il présente un état primitif du texte imprimé avec diverses variantes. Est jointe une lettre autographe signée de Charle Lavigerie, datée du 22 mars 1859, en tant que prêtre et professeur à la Sorbonne, à Charles Jourdain ; 2 pages in-8°, en-tête Œuvre des Ecoles d’Orient. Le Conseil d’administration de l’Œuvre le charge de demander à Jourdain s’il accepterait de faire partie de ses membres. « Il me prie de vous dire, Monsieur, combien il s’estimerait heureux de profiter des lumières de votre expérience et de voir votre nom, si honorable à tous les titres, se joindre à ceux des membres illustres qu’il compte déjà dans son sein. »…


Réf: 29400

10000 euros







Lettre signée

VOLTAIRE (François-Marie Arouet, dit)
Lettre signée « V » avec six lignes autographes, adressée à Théodore Tronchin. Les Délices (Suisse), 18 avril 1756 ; 3 pages 1/2 in-8°. Lettre célébrant l’inoculation que Théodore Tronchin [1709-1781], médecin suisse, venait de pratiquer sur les enfants du duc d’Orléans. Elle est partiellement rédigée en vers : « Depuis que vous m’avez quitté, Je retombe dans ma souffrance Mais je m’immole avec gaité, Quand vous assurez la santé Aux petits-fils des rois de France [...]. Une vieille duchesse anglaise aima mieux autrefois mourir de la fièvre que de guérir avec le quinquina, parce qu’on appelait alors ce remède la poudre des jésuites. Beaucoup de dames jansénistes seraient très fâchées d’avoir un médecin moliniste. Mais, Dieu merci, messieurs vos confrères n’entrent guère dans ces querelles, ils guérissent et tuent très indifféremment les gens de toute secte. » Voltaire rajoute de sa main après sa dictée : « Vos deux enfants me sont venus voir aujourd’hui. Je les ai reçus comme les fils d’un grand homme. Mille compliments à Mr de La [Batte, biffé] si vous avez le temps de lui parler. Je vous embrasse tendrement. » Lettre éditée dans la correspondance de Voltaire par Théodore Besterman, d’après l’original peut-être olographe conservé à la bibliothèque de Saint-Pétersbourg dans lequel « M. de la [Batte] » est remplacé par « M. de Labat ». Besterman n’ayant pas vu la lettre, il semble que l’originale soit celle-ci et que Saint-Pétersbourg ne possède qu’une copie. Rare.


Réf: 25614

11000 euros







Recueil unique contenant les aquarelles originales

SAMAIN
« ŒUVRES ». Édition d’art H. Piazza, Paris, 1936, 4 volumes : — 3 volumes de texte. 155 X 210 mm. Exemplaire unique imprimé spécialement pour M. Laurent Meeus sur japon impérial, contenant 25 illustrations de W. Fel et, à la fin de chaque volume, une suite en couleurs et une suite en noir des illustrations. Dos et titres conservés. Reliures plein maroquin bleu avec les plats mosaïqués agrémentés de violettes aux quatre coins dans un entrelacs de filets dorés, dos à nerfs mosaïqués par des violettes. — volume d’aquarelles, Recueil unique contenant les aquarelles originales et accompagnant l’exemplaire unique imprimé sur japon pour M. Laurent Meeus. Paris, 1936 ; 200 X 280 mm. Volume contenant les 75 aquarelles originales de William Fel, relié dans un format plus grand que les volumes de textes. Reliure plein maroquin bleu avec les plats mosaïqués agrémentés de violettes aux quatre coins dans un entrelacs de filets dorés. Les contreplats (ou doublures) de la reliure de ce volume sont ornés d’un décor mosaïqué de violettes aux quatre coins dans une plaque de filets dorés, gardes de soie moirée vieux vert, doubles gardes, tranches dorées. Dos à nerfs mosaïqué par des violettes. Reliure de Cretté sous étui pour tous les volumes. Exemplaire hors norme.


Réf: 25581

12000 euros







Manuscrit musical autographe signé

HAHN Reynaldo
Manuscrit musical autographe signé « Oraison funèbre d’Alphonse Daudet ». Manuscrit autographe, signé et daté « 18 Déc. 97 » ; 7 pages in-4°, reliure en un volume bradel demi-percaline verte. Précieux manuscrit, écrit comme le précise la note autographe de Reynaldo Hahn suivant sa signature « dans la maison d’Alphonse Daudet et devant son cercueil ». En 1919, Reynaldo Hahn offre le manuscrit à Mme A. Daudet en lui mettant cet envoi autographe, signé de ses initiales « offert respectueusement à Madame Alphonse Daudet par celui qu’Alphonse Daudet honorait d’une bienveillance paternelle et appelait “son petit musico”. La Roche, 1919, R.H. » Pièce très émouvante. Ayant besoin d’une petite musique de scène, Daudet demande à son ami Massenet de lui indiquer le nom de l’un de ses élèves. C’est le plus remarquable qui lui est envoyé. Il s’appelle Reynaldo Hahn et l’écrivain est tout de suite séduit par ce jeune musicien qui se met immédiatement au piano et lui chante, si bien, des mélodies de lui. Il est aussitôt adopté par la famille Daudet, et devient l’un de ses familiers attitrés.


Réf: 25471

12000 euros







Manuscrit autographe signé

JOUHANDEAU Marcel
Manuscrit autographe signé. 1949 ; 166 pages in-4° en 2 forts cahiers. On joint 3 feuillets imprimés ou dactylographiés du Collège Saint-Jean de Passy, dont un donne les horaires de la classe de 6ème rose pour laquelle Jouhandeau assurait les cours de français et de latin, ainsi qu’un exemplaire de l’édition définitive Gallimard de 1966. Chaque cahier comporte un envoi signé à Gilbert Sigaux daté du 28 avril 1949. Il s’agit du manuscrit intégral de l’ouvrage « Ma classe de sixième » publié aux éditions de Flore en 1949, puis en 1954 chez Gallimard. Les pages 138 à 152 sont constituées de collages de textes déjà imprimés avec corrections autographes. Le 1er cahier commence par deux pages inédites sur la classe de 6ème, et à l’inverse, l’introduction de l’ouvrage imprimé ne figure pas dans les cahiers. On relève par ailleurs quelques différences mineures entre le manuscrit et le texte définitif. « Jouhandeau était un pédagogue original mais sérieux doublé d’un fin psychologue. Il faisait une correction positive qui stimulait au lieu de décourager, en maniant la carotte plutôt que le bâton ». (M. Bouvet) Jouhandeau a enseigné 26 ans et demi à Passy et ses élèves en gardent un excellent souvenir : « Marcel Jouhandeau fut mon professeur de sixième, et il reste pour moi l’incarnation du maître idéal. Alors que presque tous nos maîtres avaient des surnoms, lui, c’était Monsieur Jouhandeau, il était celui que l’on ne chahutait pas. Pourquoi? Tout simplement parce que, merveilleux conteur, il nous contait son cours comme une histoire : la grammaire latine prenait des allures d’épopée et les accords devenaient des contes de fées ». (Michel Gilet)


Réf: 26208

12000 euros







Importante correspondance de 116 lettres autographes signées, adressées à Édouard Champion (8 non signées).

BARNEY Natalie Clifford
Importante correspondance de 116 lettres autographes signées, adressées à Édouard Champion (8 non signées). 1901-1935 et s.d. ; 135 pages formats divers, quelques adresses et enveloppes. Belle correspondance marquée par le souvenir de Renée Vivien, à l'ami éditeur qui était aussi son «cher voisin» (il habitait au 30 rue Jacob, Natalie au 20). Au dos d'une lettre de l'éditeur Edward Sansot, prévenant que le titre Le Tombeau de Renée Vivien est déjà pris pour une plaquette d'un jeune poète: «Que doit-on faire? Garder quand même Le Tombeau de Renée Vivien quitte de le changer plus tard?» ([mai 1910])... «Il me vient à l'idée d'avoir un article de tête depuis que le jeune Bouvelet en a eu un par Richepin au Figaro. Nous en parlerons, et choisirons notre beau parleur. Comment faire parvenir mes livres à Barrès»... «j’ai vu Le Veilleur de nuit [de Sacha Guitry] et n'y puis aller ce soir, ni samedi. Pourquoi êtes-vous si réfractaire à jouer la comédie, vous qui en êtes si volontairement le spectateur»... ([février 1911])... Proposition d'une nouvelle traduction du Banquet de Platon par Mario Meunier... « Merci du Ton de Paris qui est exquis de finesse, et où je vous réserve un rôle»... «Sansot m'écrit qu'il peut mettre en vente quelques exemplaires des trois nouveaux volumes de Renée Vivien» (30 janvier 1913)... Envoi de prospectus d'E. Sansot pour 3 volumes de luxe de Renée Vivien: Champion accepterait-il d'en prendre en dépôt? «Pour mon roman voici un échantillon du Van Gelder véritable [...]. Il doit me faire Éparpillements dans un Van Gelder plus léger» (jeudi matin [1913])... «Cher guerrier-éditeur-voisin-ami, je suis venue demander une lettre de l'Amazone à qui de droit. [...] Comme je suppose que vous n'en voulez pas fait de chic, mais une réponse véritable, je vous recommande la patience qui est la première vertu d'un soldat» (23 janvier 1915)... En attendant les épreuves du Mercure de France, elle s'enquiert d'un article de Paul Fort qui pourrait passer en même temps que ses poèmes (mardi soir [30.XII.1919?])... «Ne croyez-vous pas qu'il soit temps d'élever à Renée Vivien une stèle, ou de commémorer sa mémoire dans ce Paris qu'elle a tant aimé? Il y a bien le buste que Rodin a fait d'elle, et que même elle-même n'aimait guère [...] J'écris d'abord aux deux ou trois fervents admirateurs de la première heure pour qu'un projet travaille dans leur coeur et dans leur cerveau» (14 juin 1935)... «Les Berthelot les Pierre Mille ma soeur Colette de Jouvenel et deux ou trois autres amis passent la soirée chez moi. Venez avec Henry de Groux vers 10 heures» (mercredi)... Invitation à passer la soirée avec la baronne Deslandes, la comtesse Sabini, Claude Farrère, Aurel et quelques autres (samedi)... «Mourey va faire un article dans l'Opinion sur mes oeuvres» (samedi)... Rendez-vous pour entendre Marguerite Moreno dire des vers, dans l'intimité: elle va en informer Mme de Clermont-Tonnerre «et quelques poètes et poétesses» (dimanche matin)... Organisation d'une soirée pour «admirateurs de Renée Vivien»: envois d'invitations pour Barrès, France et les frères Tharaud, et d'une carte pour le comte Arnould de Gramont: «S'intéresse-t-il spécialement à Renée Vivien, ou est-il poète? Gourmont a songé à Rouveyre»... Prière de faciliter les recherches à la Bibliothèque nationale de son amie Mme Sicilianoz (Miss Eva Palmer)... D'Estournelles de Constant doit présenter à Antoine une pièce dactylographiée: «L'acte est signé Camille Coudert et c'est sous ce nom et non le mien que la pièce si acceptable sera acceptée»... Remerciements pour «un brûle-parfum "licorne de 1775"», et pour une boucle de ceinture entourée de «pierres étranges et symboliques»; don d'un poignard qui protège «même contre les sirènes»; regrets qu'il n'ait pu venir rencontrer l'écrivain anglais Frank Harris; commande de Mademoiselle de Maupin; souvenirs d'Évian, envois d'une pièce de monnaie et de fleurs; soumission d'un article pour Vers et prose, commande du Dictionnaire des antiquités grecques et romaines de Daremberg et Saglio; nombreuses invitations... Etc. On joint 5 cartes de visite autogr., la plupart au crayon; 2 l.a.s. d'Henriette Roggers, et divers documents, dont des cartes d'invitation pour une lecture d'August Duncan.


Réf: 28263

12000 euros







Lettre signée

NAPOLÉON Ier (Napoléon Bonaparte)
Lettre signée « Napol », adressée au roi de Wurtemberg. Paris, 3 avril 1810 ; 1 page in-4°. Rare et importante lettre relative à son mariage avec Marie-Louise. « Dans la persuasion où je suis que Votre Majesté prendra part à ma joie, je ne diffère point à l’informer que l’acte civil de mon mariage avec l’Archiduchesse Marie-Louise d’Autriche a été arrêté et signé à St Cloud le premier de ce mois, et que les cérémonies religieuses ont eu lieu le lendemain dans ma chapelle impériale du Louvre. J’ai lieu d’espérer qu’un événement aussi intéressant pour ma Maison Impériale assurera également la prospérité de mes peuples. En partageant ma satisfaction, Votre Majesté me donnera un témoignage bien flatteur de son attachement à ma personne. »


Réf: 28725

12000 euros