Investir dans les autographes

Vous êtes ici :
Appelez-nous 01 43 25 60 48

Arts & Autographes
9 Rue de l'Odéon
75006 Paris

Ouvert du mardi au samedi
de 11h a 12h30 et 14h à 18h


Expertise Autographes expertise autographes de prestige

100 autographes de prestige trouvés


Rechercher :



Gouache sur papier

VLAMINCK Maurice de
Maison Dupuis - rue de village. Gouache sur papier cartonné. Signée en bas à droite. 44,5 x 54 cm Etiquette au dos de la galerie Le Niveau 133 Bld du Montparnasse — Collection du docteur G. Avec certificat du comité Wildenstein.


Réf: 2108

48000 euros







Huile sur toile signée en bas à gauche et située et datée « 1937 à Sanary » à droite.

KISLING Moïse
Mouillage à Sanary sur Mer Huile sur toile. Signée « Kisling » en bas à gauche et située et datée « 1937 à Sanary s/mer » à droite. 38,5 x 55,5 cm. Etiquette d’Exposition du Philadelphia Museum of Art de 1967. Certificat de Jean Kisling (fils). Bibliographie : Le tableau est reproduit page 297 dans le tome III du catalogue raisonné.


Réf: 2118

75000 euros







Huile sur toile, signée

ATLAN Jean-Michel
Composition Huile sur toile. Signée en bas à droite 1959 ; 100 x 65 cm. Provenance : — Ancienne collection André Verdet, St Paul de Vence. — Collection particulière, France.


Réf: 2042

78000 euros







Lettre autographe signée

BEETHOVEN Ludwig van
Lettre autographe signée « L. v. Beethoven », adressée à un employé de la K. k. Universalkameralamt à Vienne. [26 octobre 1819 ?] ; 1 page in-8° oblongue. « P.P. Ich bitte dem überbringer dieses den Pensions Antheil für meinen Neffen gefälligst einzuhändigen. ergebenster l. v. Beethoven ». « Je vous prie de bien vouloir payer au porteur de cette lettre la part de la pension de mon neveu. [Votre] dévoué L. v. Beethoven » En novembre 1815, décédait un des frères de Beethoven, Karl, laissant son épouse Johanna (dont l’inconduite était notoire et n’inspirait à Beethoven qu’horreur et mépris) et un fils âgé de neuf ans, appelé lui aussi Karl. La tutelle de ce dernier fut confiée d’abord à Beethoven, puis conjointement à lui et à Johanna. Cette situation se révéla chaotique pour tout le monde et à l’origine de cinq ans de procès acharnés et de drames. Au prix de grands sacrifices, Beethoven s’occupa tant bien que mal de l'éducation de ce neveu difficile. Les soucis et les déceptions seront à la hauteur de ses ambitions pour le jeune Karl, tiraillé entre sa mère et son oncle idéaliste. La présente missive est adressée à l’administration compétente pour le paiement de la pension de Johanna. Dans un contrat du 10 mai 1817, celle-ci s’était engagée à céder la moitié de sa pension comme contribution à l’éducation de son fils Karl. Cette participation, payable tous les trois mois en avance, se montait à 41 Gulden 6 Kreuzer et la somme annuelle à 166 Gulden 30 Kreuzer. Le 26 octobre 1819 Beethoven a essayé, en vain, d’obtenir de cet office le paiement de la part due à son neveu de la pension de sa belle-sœur (voir lettre 1349 du 27 octobre 1819 à Johann Baptist Bach). Ce document est peut-être en rapport avec cette démarche. (Publication : n° 1346 dans la Correspondance générale de Beethoven. (Très belle signature).


Réf: 27557

80000 euros







Feutre et papier collé sur carton, signé

DUBUFFET Jean
Personnage Signé de ses initiales « J.D » et daté « 73 » ; daté du 19 mars 1973 au verso. Feutre et papier collé sur carton. 41,8 x 19 cm. Provenance: — Galerie Beyeler, Basel — Private Collection — Sotheby's, New York, 4 October 1990, Lot 77 Acquired from the above by the present owner Bibliographie : Max Loreau, Catalogue des Travaux de Jean Dubuffet: Dessin, Fascicule XXVII, Paris 1976, p. 123, no. 240a, listed.


Réf: 2114

85000 euros







Manuscrit autographe.

COCTEAU Jean
Manuscrit autographe « De l’ordre considéré comme une anarchie ». 64 pages ; 165 X 240 mm dans un cahier. Allocution prononcée au Collège de France, le jeudi 3 mai 1923. C’est un vibrant hommage à Radiguet qui venait de publier en début d’année « Le Diable au corps ». Le texte original diffère sensiblement du texte publié. Cette allocution fut publiée dans Le Rappel à l’ordre, en 1926. Nombreuses corrections. Après la mort de Radiguet, Cocteau déclara : Ce malheur termine une longue période pendant laquelle, avec un groupe de musiciens et sous le patronage d’Érik Satie, je désensorcelais la musique française. Elle succombait sous les charmes. Érik Satie donnait l’exemple d’un saint musical… le titre de mon allocution au Collège de France : D’un ordre considéré comme une anarchie, résume l’esprit d’un météore de rires, de scandales, de prospectus, de dîners hebdomadaires, de tambours, d’alcool, de larmes, de deuils, de naissances et de songes qui étonna Paris entre 1918 et 1923 (op. cit., p. 31). Ce manuscrit très important dans la vie de Jean Cocteau est un vibrant hommage à Radiguet.


Réf: 29369

90000 euros







Lettre autographe signée

CHOPIN Frédéric
Très belle lettre autographe signée, adressée à son ami le banquier Auguste Léo. Château de Nohant, 30 août 1846 ; 2 pages in-8° en français. « Très cher ami. Je voulais vous remercier à Auteuil pour votre bon petit mot dans la lettre de la Psse Czosnowska — J’ai pensé porter mes manuscrits à Paris, mais la belle saison me retient encore, et je viens vous ennuyer avec mon envoi pour Londres. Comme ordinairement vous avez la bonté de faire passer en même temps une traite à 2 mois de date, ayez l’obligeance de me l’envoyer pour signer, s’il le faut absolument. Elle montera cette fois-ci à 30 livres sterl. J’espère que vous avez profité ainsi que Madame Leo et vos chers enfants de cet été miraculeux et que le séjour d’Auteuil vous aura fait du bien. Je tousse moins qu’à l’ordinaire, — je travaille un peu et vous aime toujours. Votre dévoué de cœur. F. Chopin. Mes hommages à Madame Leo ; veuillez me rappeler je vous prie au souvenir de M. et Mme Valentin. » L'état de la lettre est remarquable, la signature parfaite et complète. C'est vraiment une des plus belles lettres vues de Chopin !


Réf: 28369

120000 euros