Archives pour juillet 2012

Depuis quelques jours le catalogue papier Arts & Autographes numéro 63 a été adressé aux abonnés privilégiés qui vont ainsi avoir la chance d’être prioritaires dans l’achat d’autographes et de documents historiques. Édité par la galerie Arts et Autographes, située à Paris, au 9 rue de l’Odéon dans le quartier littéraire de Paris, ce 63e catalogue en couleurs (édition de juillet 2012) regorge d’autographes et documents historiques, littéraires, musicaux et de lettres de peintres. Catalogue référençant 250 autographes ou manuscrits avec notamment des documents sur l’esclavage, sur la Compagnie des Indes, sur la Commune de Paris 1871, sur la Chine, lettres de noblesse, un merveilleux ensemble de souvenirs du Prince Impérial, de l’Ordre de Malte, un rare message du pantélégramme l’ancêtre du fax, une merveilleuse lettre d’amour d’Yvonne Printemps, une correspondance inédite de Mathilde Pomès, des documents signés par Saint-Exupéry. Des lettres autographes signées d’Abd el-Kader, Albert de Teschen, Buz Aldrin, Lauren Bacall, Henry Bataille, Gaston Baty, Gabriel Belot, Béranger, Georges Bernanos, Sarah Bernhardt, Émile Bernard, Philippe Berthelot, Charles Bourbaki, Albert Brasseur, Pierre Savorgnan de Brazza, Umberto Brunelleschi, Francis Carco, Lazare Carnot, Henri Cartier-Bresson, Enrico Caruso, Catherine de Médicis, Gene Cernan, Chaban-Delmas, Philippe Chabaneix, Jacques Chardonne, une belle lettre du roi d’Angleterre Charles II à Louis XIV, Charles IX, Chateaubriand, Von Choltitz (lettre magnifique sur la destruction de Paris!), Frédéric Chopin, Paul Claudel, Georges Clemenceau, Jean Cocteau, Paul Codos (belle lettre sur ses exploits aéronautiques), Colette, Albert Guillaume, Roland Dorgelès, Gaston Doumergue, Georges Dumézil, Raoul Dufy, Michael Faraday, Claude Farrère, Franchet d’Espérey, Franco, François Ier, de Gaulle, Albert Gleizes, Edouard Halifax, Guillaume III, André Hambourg, Ernest Hemingway, Henri III, Robert Hichens (Titanic), Juliette Drouet, Hugo, Vincent d’Indy, André Jolivet, Laboureur, Lamartine, Laurel et Hardy, Marie Laurencin, Leconte de Lisle, Franz Lehar, Félia Litvinne, Loménie de Brienne, Emmanuel Looten, Louis XIV, Louis XVIII, Pierre Louys, Hubert Lyautey, Albéric Magnard, Aristide Maillol, Marie de Médicis, Guy de Maupassant, Jules Mazarin, Jean Mermoz, Frédéric Mistral, Montherlant, Napoléon Ier, Napoléon III, Prince Impérial, Nathalie Narischkine, prince d’Orange-Nassau, Pedro II, Poincaré, Raffaëlli, Ravel, Richelieu, Romain Rolland, Maurice Rossi, Camille Saint-Saëns (manuscrit musical complet), Georges Sand, Sartre, Eric Satie, Florent Schmitt, Ethel Mary Smith, des poèmes de Soupault, Stravinsky, Suffren, Sully Prudhomme, Joseph Szigeti, Laurent Tailhade, Théodore Van Elsen (belle correspondance illustrée), Vaublanc, Vollard, Princesse Winnie, Winterhalter, et tant d’autres ! Un catalogue très attrayant.

Vous pouvez acheter ce catalogue ici: (catalogue d’autographe n°63Arts et Autographes vous offre l’opportunité de faire figurer dans ses catalogues de grande qualité, votre collection, dans des catalogues diffusés à une clientèle internationale, bien au-delà des frontières hexagonales. Vous bénéficiez ainsi de notre réseau de clients et d’une diffusion inégalée, d’une qualité de présentation minutieuse et appréciée dans un catalogue de référence, ainsi que de la sécurité et de l’expertise que notre spécialiste en autographes Jean-Emmanuel Raux peut vous offrir.

Courez y ! c’est très beau, instructif !

Ce sont les derniers jours et cette exposition vous permettra de voir des documents exceptionnels !

Des minutes qui font l’histoire. Cinq siècles d’archives notariales
A l’occasion de son 80e anniversaire, le Minutier central des notaires de Paris, dévoile, à l’hôtel de Soubise, la riche histoire d’un ensemble exceptionnel.

Contrats de mariage, ventes, baux, rentes constituées, testaments, inventaires… : autant de « minutes »; notariales qui sortent de leurs cartons, à l’occasion du 80e anniversaire de l’entrée aux Archives nationales de ce prestigieux fonds d’archives, retraçant cinq siècles d’histoire.
Cette exposition est l’occasion de revenir sur la conservation du « plus grand minutier du monde »(20 millions de minutes). Les Archives nationales invitent le public à un voyage au cœur des projets, joies et soucis de milliers de Parisiens, de souche, d’adoption ou de passage, parfois riches, souvent modestes : le désir de sécurité juridique, celle que procure l’acte notarié, fait alors indifféremment défiler chez le notaire le prince ou l’artiste, le marchand ou l’artisan, l’apprenti ou le capitaine d’industrie.
C’est aussi un voyage dans le temps, l’occasion de comprendre d’où vient l’institution notariale, en admirant le plus vieux registre notarié du monde, datant de 1154, prêté à titre exceptionnel par l’Archivio di Stato de Gênes (Italie), ou la plus vieille minute parisienne (1471), et bien des trésors encore.
C’est enfin l’occasion de comprendre pourquoi les historiens se plaisent, depuis maintenant 80 ans, à exploiter presque à l’infini ces archives publiques de la vie privée, sources incontournables de dizaines de travaux devenus des « classiques » des sciences historiques.
De l’étude du notaire au cabinet du chercheur, cinq siècles d’archives et d’histoire(s) se donnent à voir à tous, sans restriction.

Exposition du 13 avril au 16 juillet 2012 – Hôtel de Soubise – 1er étage
60, rue des Francs-Bourgeois 75003 Paris

http://www.archivesnationales.culture.gouv.fr/chan/chan/musee/musee-exposition-minutier-central.html

 

 

 

Dans le dernier catalogue que nous venons de publier figuraient plusieurs lettres de soldats dont des lettres de cantinières. Une seule estencore disponible à la vente. C’est une pièce originale et peu commune. Les lettres de soldats, dites de cantinières, sont rares et donc peu connues, mais éblouissantes de beauté.

Cette lettre est exceptionnelle, il est très rare en effet d’avoir de la couleur dans les lettres sous le Premier Empire et on ne trouve ces lettres illustrées quand dans certains papiers à lettres, vendus par les cantinières au bivouac aux soldats un peu fortunés. Ces lettres étaient souvent lues dans les villages, à haute voix, sur la place du village, pour tout le voisinage rassemblé à cette occasion. Ainsi au fin fond de la France on avait des récits publics des évènements qui se déroulaient sur les champs de bataille de l’Europe. La lettre représentait le conscrit parti porter les couleurs de la France au fin fond de l’Europe, parfois encadré de deux cartouches dans lesquels figuraient Napoléon et l’Impératrice Marie-Louise.

Cette pièce est un fleuron pour une collection sur Napoléon ou pour un musée.

Un amateur n’a pas hésité à l’acheter. Voici la fiche descriptive de cette lettre :

LETTRE DE SOLDAT DE LA GARDE IMPÉRIALE.

Lettre autographe du soldat Jean Batiste Potier, grenadier tirailleur de la Garde Impériale au 10e régiment, 2e compagnie, 1er bataillon, adressée à son oncle, M. Duchateau à Lille. Saint-Denis, 20 juin 1815 ; 2 pages 1/2 in-4°, adresse sur la 4e page avec marque postale de Saint-Denis. Belle et grande vignette imprimée et aquarellée représentant un tirailleur de la Garde Impériale encadré par les portraits de Napoléon et Marie-Louise. « Mon tres chere oncle je vous ecrit cest pour minformer de letat de votre santé, quand a moi je me porte bien […] Nous avons été désigné à court-Bauxvoir nous avons été a Vaisselle et a present nous sommes revenu en garnison a St Denis. Nous somm assez bien mais nous ne recevons pas dargent. Nous faisons lexercise six heure par jour, nous somme assez fatigé apresent mais nous speron de partir sous peut… Je suis malade depuis que je suis entrer à Saint Denis, je vous prie de menvoyer un peut d’argent. »