Archives pour juin 2016

Nous avons des documents très intéressants dans notre dernier catalogue d’autographes et manuscrits ! Témoin cette belle lettre autographe signée d’Aragon :

28259ARAGON Louis [Paris, 1897 – Paris, 1982], écrivain et poète français.

Lettre autographe signée, adressée au journaliste, critique d’art, photographe et écrivain Pierre Descargues. 1 page in-4°, plis marqués et froissures.

Très belle lettre au sujet de Fernand Léger. Louis Aragon confie, en 1952, à Pierre Descargues la direction des pages d’art des Lettres françaises. Il est notamment l’auteur d’une biographie de Léger publiée au Cercle d’art en 1955.

«  Voilà les photos pour la page Léger. Je souligne parce que ceci n’a d’intérêt qu’avec une page pleine. Il s’agit de souligner le côté Les Constructeurs du chantier de Biot. Je propose de placer soit au centre, soit en marge, la reproduction du grand tableau, certes déjà connu des lecteurs, comme référence, par conséquent pas grand — peut-être encadré, et je t’envoie six photos qui regroupent 2 par 2 (deux en hauteur, avec sous l’une, les échelles, un flanc qui pourrait être utilisé pour une grande légende — deux avec paysage dans le fond — les 2 autres avec la grande grue et le chantier en ombres chinoises qui donnent l’idée de la grandeur de l’entreprise). Le texte à rédiger doit dire : il y a 2 ans, le 17 août 1955, mourait le gd peintre F.L. Nos lecteurs savent que Nadia Petrova Léger, sa veuve, fait bâtir à Biot, à sa mémoire, un musée dont nous avons publié la maquette en février 1957 au moment de la pose de la première pierre. Pour le deuxième anniversaire de la disparition de l’auteur des Constructeurs, voici l’état actuel des travaux. Les Constructeurs sont passés dans la vie, et l’art de Léger nie victorieusement la mort. Ou à peu près. Merci. J’espère que cela arrivera à temps. Nos gentils amis m’ont donné tout ça au moment où nous partions pour quelques jours dans la montagne, d’où l’expédition me paraît hasardeuse ! »

Voici le lien sur cette belle lettre d’Aragon.

Vous pouvez acheter ce rare document au prix de 1100 euros. (Emballage protégé et envoi en recommandé avec AR). Une facture et un certificat seront délivrés à l’heureux acheteur.

The price for this item is 1100 euros. An invoice and a certificate will be issued to the purchaser.

Contactez nous par email : contact@autographe.com ou par téléphone : 33 (0)1 43 25 60 48, ou à notre galerie :

Galerie ARTS ET AUTOGRAPHES

Jean-Emmanuel RAUX, expert en autographes et manuscrits

9 rue de l’Odéon — 75006 PARIS — Tél.: 01 43 25 60 48

Email : contact@autographe.com

OMEARA-28848Nous avons des documents très importants dans notre dernier catalogue d’autographes et manuscrits ! Témoin cet exceptionnel document établissant les dépenses probables de Napoléon à Sainte Hélène pour le gouvernement anglais :

O’MEARA Barry Edward [en Irlande, 1786 – Londres, 1836], médecin irlandais, il soigna Napoléon durant trois ans à Sainte-Hélène.

Pièce autographe. [Sainte-Hélène, 1817 ?] ; 1 page in-plano ; en anglais. État n° 1, dressé par le commissaire général D. Ibbetson et copié par O’Meara, des dépenses annuelles probables du général Bonaparte et sa suite à Sainte-Hélène, comportant la fourniture et le transport du fourrage pour treize chevaux ; les gages des domestiques anglais, les frais d’artisans ; la fourniture et le transport de nourriture et autres biens provenant des magasins appartenant à la East India Company ou au gouvernement. Le salaire du chirurgien O’Meara, attaché au général Bonaparte et à sa suite, n’est pas encore déterminé et doit être ajouté. On joint une copie ancienne. (Origine : archives Bertrand.)

Voici le lien sur ce précieux document historique : O’Meara

Vous pouvez acheter ce rare document au prix de 2800 euros. (Emballage protégé et envoi en recommandé avec AR). Une facture et un certificat seront délivrés à l’heureux acheteur.

The price for this item is 2800 euros. An invoice and a certificate will be issued to the purchaser.

Contactez nous par email : contact@autographe.com ou par téléphone : 33 (0)1 43 25 60 48, ou à notre galerie :

Galerie ARTS ET AUTOGRAPHES

Jean-Emmanuel RAUX, expert en autographes et manuscrits

9 rue de l’Odéon — 75006 PARIS — Tél.: 01 43 25 60 48

Email : contact@autographe.com

Tous les jours nous arrivent de précieux documents.

Nous ne les mettons pas toujours en ligne. Mais nous allons faire une exception pour cette belle série de Victor Hugo qui vient de rentrer :

20752075 HUGO Victor [Besançon, 1802 – Paris, 1885],  poète et écrivain français.

Lettre autographe, signée « Victor », adressé à M. Guiraud, poète français [1788-1847]. « Ce 24 8bre » [1824] ; 1 page in-8°. (Ancienne collection Henri Bernard-Dujardin).

« Vous avez bien raison de dire, mon cher Guiraud, mes voeux sont d’un chrétien et mes chants d’un poète ! Ce que je connaissais déjà des Chants Hellènes m’avait donné du reste une haute idée qui est maintenant complètement justifiée. Il y a dans les odes toute votre verve, tout votre éclat, tout votre enthousiasme. Vous aurez beau faire,  vous pourrez bien être […] et vous serez certainement bientôt académicien ; jamais vous ne serez académique. Je félicite l’académie de la première des deux choses et vous de la seconde. J’irai vous embrasser un de ces matins et vous redire par cœur les Chants Hellènes » 1500 €

20762076 HUGO Victor [Besançon, 1802 – Paris, 1885],  poète et écrivain français.

Lettre autographe, signée « V. Hugo », adressée à M. Laurentie. « Ce jour, 17 avril [1828] » ; 1 page in-8°, avec adresse.

« J’ai la vanité de croire que Monsieur Laurentie se souviendra peut-être de mon nom, c’est ce qui me détermine à lui demander de censurer l’insertion de la note ci-jointe dans La Quotidienne. Monsieur Laurentie peut savoir que je m’occupe fort peu de mes propres affaires, mais celle-ci concerne deux émissions précises d’un de mes amis et m’intéresse par conséquence plus que si elle m’était personnelle. C’est donc que je me permets de la recommander instamment à l’obligeance de Monsieur Laurentie. » 800 €

20772077 HUGO Victor [Besançon, 1802 – Paris, 1885],  poète et écrivain français.

Lettre autographe signée, au crayon noir, adressée à Antoine Brindeau. [15 septembre 1837] ; 2 pages in-4°, avec adresse et marques postales. (Ancienne collection Henri Bernard-Dujardin).

« Pardon mon excellent ami, de vous écrire ces quelques lignes au crayon ; je suis sans plume et sans encre. […] Aidez moi à sortir d’un grand ennui. J’arrive, et je trouve chez moi un gros tas de lettres auxquelles je n’ai pu répondre pour l’excellente raison que je n’y étais pas. Mais on n’en sait rien et je vois d’ici bien des indifférents […] ou  bien des amis affligés. Vous m’épargneriez ces circulaires avec deux lignes, si vous étiez assez bon pour faire dire à la charte de ce soir quelque chose qui ressemblât à ceci : M. Victor Hugo, qui est absent depuis cinq semaines et qui était allé visiter plus anciennes églises de Flandres et de Picardie, est de retour à Paris depuis hier. Mille pardons encore et mille remerciements. Est-ce que vous ne viendriez pas nous voir un peu et dîner avec nous à Auteuil ? » 800 €

20782078 HUGO Victor [Besançon, 1802 – Paris, 1885],  poète et écrivain français.

Lettre autographe, signée « Victor Hugo », adressé à M. Bouchardy au théâtre de l’Ambigu.  « Mardi soir 29 8bre »[1844] ; 1 page in-8°, adresse et marques postales. (Ancienne collection Henri Bernard-Dujardin).

« Hélas, mon cher confrère, voyez la vanité de nos projets les mieux arrêtés et qui nous sourient le plus. Une affaire de la plus haute importance me retiendra demain soir à deux lieux de Paris, et je ne pourrai être des vôtres. Vous aurez sans moi un grand et écrasant succès que je vous prédisais […] et auquel je comptais prendre si bien part. Disposez donc […] résumez moi votre bonne volonté, car j’irai prochainement vous applaudir dans la salle et vous serrer la main au théâtre. Réussissez ! Ma joie est maintenant dans le succès des autres, dans les vôtres surtout. Victor Hugo. » 800 €

20792079 HUGO Victor [Besançon, 1802 – Paris, 1885],  poète et écrivain français.

Lettre autographe, signée « Victor Hugo ». 11 janvier 1847 ; 2 pages in-8°.

« Je lis, Monsieur et je relis. Les poëmes sont comme le soleil, ils font le printemps, certains d’eux comme bon leur semble. Je vous remercie de cette douce et rayonnante poésie qui m’arrive, grâce à vous, dans le ciel gris de janvier. Recevez Monsieur, je vous prie, la nouvelle assurance de mes sentiments les plus distingués. Victor Hugo.» 700 €

20802080 HUGO Victor [Besançon, 1802 – Paris, 1885],  poète et écrivain français.

Lettre autographe signée « Victor Hugo », adressée à Antony Thouret. « 3 mai, Paris » ; 1 page in-8°.

« Votre lettre M. Thouret me pénètre d’étonnement. Qui donc peut mettre en doute l’élévation de votre coeur et de votre esprit ? Je ne connais de vous que des actions généreuses et désintéressées. Vous avez souffert pour votre foi, vous avez donné pour votre cause votre fortune et votre liberté. Hélas ! Que tout cela est triste. Il y a douze ans je vous tendais la main à travers les barreaux de votre prison, aujourd’hui je vous tends la main à travers les haines et les calomnies ! Heureusement que ce n’est pas pour les choses, mais pour les idées qu’on se dévoue ! Courage ! Ayons foi en Dieu et en la patrie. »

À la fin du règne de Charles X, Antony Thouret participe à la révolution dite des Trois Glorieuses en juillet 1830. Il a 23 ans. Il fonde alors, avec des amis, un journal qui sera le reflet des idéaux républicains durant toute cette époque, à savoir la Société des amis du peuple. Louis Philippe tente en vain de l’acheter, ce qui lui vaut moult amendes et condamnations. Il se retrouve au coeur de grands procès, et est même incarcéré à la prison de Sainte-Pélagie à Douai. La société sera dissoute en 1832, et c’est à cette période qu’il hérite du château des Frenelles. À nouveau emprisonné en 1833, il reçoit l’aide de Victor Hugo, qui lui avait été présenté par Lamartine. L’homme de lettres écrit à Thiers pour qu’il soit transféré à Douai, là où réside sa famille. Il obtient même sa grâce mais Antony-Tourhet, fidèle à ses idées, la refuse. En prison, il s’occupe en écrivant des romans et pièces de théâtre. En 1848, Antony-Thouret participe activement aux barricades. La IIe République est proclamée. Il est nommé préfet provisoire du Nord par Ledru-Rollin et s’installera à Lille. Le 2 avril 1848, gros événement à Orchies où il plante un arbre de la liberté : « Cet arbre que nous avons planté n’est qu’un vain symbole. En ouvrant cette terre, nous creusons un berceau, nous remplissons une tombe la tombe du despotisme, le berceau de la liberté.  » Il en fait de même à Marchiennes quelques jours plus tard. Bien que n’ayant aucune fonction au sein du gouvernement en place, il force le respect et l’admiration des citoyens du Nord. Il décide de se porter candidat à l’Assemblée Constituante. Le 15 mai 1848, l’assemblée est envahie par « les factieux ». La garde nationale doit rétablir l’ordre. Antony-Thouret organise la défense de l’hôtel de ville. Il est élu en juin et devient député du Nord. Il aide par ses votes à l’élection de Charles Louis Napoléon Bonaparte au rang de président de la République, mais très vite déchante… Il est réélu en 1849. Lorsqu’il ne travaille pas, il revient sur ses terres pour y recevoir des visites de son ami Victor Hugo. En 1850, Louis Bonaparte organise son coup d’État. En 1852, dissolution de l’assemblée, tous les partis s’unissent pour défendre la constitution. Les forces armées procèdent aux arrestations. Antony-Thouret et Victor Hugo sont exilés, le premier à Ostende en Belgique, l’autre à Jersey. Il revient en France sept ans plus tard en 1859 (1870 pour V. Hugo), malade et déprimé. En 1870, c’est la destitution de Napoléon III. Gambetta fait appel au révolutionnaire pour défendre le pays face aux Allemands mais sa santé vacille et il décède le 3 octobre 1871 aux Frenelles. « Je souhaite à mon pays beaucoup d’hommes comme vous  », déclara Victor Hugo. 1500 €

————–

2081 HUGO Victor [Besançon, 1802 – Paris, 1885],  poète et écrivain français.

Lettre autographe signée, adressée à Monsieur Pagnerre (éditeur). Hauteville House, le 19 janvier 1863 ; 1 page in-8°, enveloppe jointe. « Je n’ai pas l’honneur de connaître personnellement Mlle de Navarac. Elle a traduit du russe un roman de mœurs qu’on dit intéressant. Je vous serais obligé de prendre connaissance de sa traduction. Vous êtes en appréciations excellent, et vous jugerez mieux que personne du livre et du succès qu’il peut avoir. Si votre impression est favorable, je serai charmé de vous avoir mis à même d’aider au début d’une jeune personne respectable, et de faire une bonne action en publiant un bon livre. » 1800 €

2082 2082 HUGO Victor [Besançon, 1802 – Paris, 1885],  poète et écrivain français.

Lettre autographe, signée « Victor Hugo », adressée au docteur Tercelin à Lille. « Bruxelles, 28 juillet [1866] » ; 1 page in-8°, enveloppe timbrée jointe. (Ancienne collection Henri Bernard-Dujardin).

« Merci, mon honorable et cher ancien collègue. Vous avez rassuré ma pauvre femme inquiète. Vous l’avez éclairée de votre science et charmée de votre sympathie. Je ne saurais vous dire à quel point je suis touché et reconnaissant. Croyez à ma profonde cordialité. Victor Hugo. » 800 €

Vous pouvez acheter ces lettres aux prix indiqués. Une facture et un certificat seront délivrés à l’heureux acheteur.

An invoice and a certificate will be issued to the purchaser.

Contactez nous par email : contact@autographe.com ou par téléphone : 33 (0)1 43 25 60 48, ou à notre galerie :

Galerie ARTS ET AUTOGRAPHES

Jean-Emmanuel RAUX, expert en autographes et manuscrits

9 rue de l’Odéon — 75006 PARIS — Tél.: 01 43 25 60 48

Email : contact@autographe.com