Comment se présente le marché des autographes en cette année 2020 ?

Jean-Emmanuel Raux —  12 septembre 2020 — Laisser un commentaire

LE MARCHÉ : 

Il y a eu tout au long de l’année 2019 un retournement du marché. Après une baisse du marché en 2014 due au fait de l’affaire Aristophil, la demande est repartie à la hausse en 2020 avec une forte demande sur le plan mondial. Il y a toujours aujourd’hui encore de bonnes opportunités d’acquisitions. 

Beaucoup de gros manuscrits littéraires ont pu être achetés par les institutions au moment où le marché était en baisse, complétant ainsi leurs fonds à des prix très doux. Mais attention ces prix ne reflètent pas la véritable valeur des manuscrits. 

De nouveaux acteurs sont revenus sur le marché français comme les américains, les russes, les polonais, les chinois. Il faut veiller à ce que certains documents précieux restent en France afin de ne pas perdre notre patrimoine. Il faut que marchands et collectionneurs français soient soutenus pour l’achat de documents français et les conserver dans notre patrimoine. 

Et dans tout cela, que doit faire un collectionneur ?

Le tout est d’acheter à prix normaux des documents importants. Beaucoup de professionnels sont sur le marché à proposer des choses très fascinantes. Il faut essayer de toujours privilégier un texte intéressant ainsi que la qualité d’une pièce.

Il y en a encore sur le marché mais pour combien de temps ?

Les futurs secteurs qui sont appelés à se développer : les lettres de peintres, les lettres et manuscrits musicaux. De nombreux pays sont amenés à enrichir leurs fonds d’archives pour les chercheurs. Certains pays, comme la Chine ou le Moyen-Orient, ont peu de documents sur les impressionnistes, sur l’Art moderne, sur la Musique, ils vont forcément se réveiller et acheter un jour massivement !

LE PROBLÈME DES REVENDICATIONS.

Je souhaite également à travers cet article dénoncer le mauvais décret de 2008 qui vise notamment les lettres du 1er Empire et plus spécifiquement de Napoléon. Pendant des décennies à Drouot (et sous le contrôle du Ministère de la Culture), marchands, institutions et collectionneurs ont pu acheter en toute légalité de nombreuses lettres de Napoléon par le biais d’officiers ministériels. Grâce à un décret confiscatoire, elles sont aujourd’hui revendiquées par l’état sans indemnités pour son propriétaire. Est-ce du vol? Un manque de cohérence ? 

En tout état de cause, ces documents historiques font la joie des collectionneurs et marchands étrangers qui revendent ces documents à prix d’or dans d’autre pays. Le marché, jadis français, s’est déplacé hors de portée des institutions françaises. C’est bien regrettable.

Partagez :

Jean-Emmanuel Raux

Articles

Jean-Emmanuel Raux est expert en autographes depuis plus de 45 ans. Spécialisé dans l'achat, la vente et l'expertise d'autographes, lettres autographes et documents historiques, il dirige avec passion sa galerie parisienne Arts & Autographes. Jean-Emmanuel Raux est expert dans plusieurs études de commissaires priseurs. Il vous conseillera utilement pour la réalisation de vos collections.

Il n'y a pas de commentaire

Soyez le premier à commencer la conversation.

Laisser un commentaire

Le formatage de texte est disponible par la sélection de HTML. <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.