Archives pour Sacha Guitry

Sacha-Guitry-notesSacha-GuitryGUITRY Sacha [Saint-Pétersbourg, 1885 – Paris, 1957],  acteur, auteur dramatique et cinéaste français.

Manuscrit autographe « Les carnets de notes de Sacha Guitry ». Reliure en demi maroquin noir à coins. 11 pages in-4°, montées sur onglets : 1 page de titre  et 10 pages à l’encre (formats divers – 7 feuilles dont trois recto-verso).

Après avoir dessiné une maquette de couverture pour cet ouvrage (prévu à la N.R.F. – donc contemporain du Roman d’un tricheur, vers 1935), Sacha Guitry envisageait de réunir des pensées, réflexions et aphorismes divers (comme il devait le faire, bien plus tard, dans Toutes réflexions faites et Elles et Toi). Nous trouvons ici une vingtaine de ces “anas”, notamment sur les femmes et l’amour, l’illusion au théâtre, Yvonne Printemps, les parents de Sacha, la sincérité du dramaturge, Jules Renard, la bonté, le tabac, le sommeil (long texte), etc.

— Page de titre autographe de la main de l’auteur (crayon noir et rouge) : « Les carnets de notes de Sacha Guitry I NRF publiés par la NRF »

— Notes et pensées diverses : « J’ai lu cette nuit tout le premier volume du Journal de Jules Renard — et, depuis ce matin, je n’en reviens pas qu’on puisse me parler d’autre chose ! 

Un tel livre a paru hier et les gens se téléphonent, s’écrivent, se rencontrent et peuvent s’occuper d’autre chose aujourd’hui ! Non, vraiment, je n’en reviens pas !  […] Il y a tant de similitudes entre papa et moi. Pourquoi n’aurions-nous pas subi, parfois des attractions semblables ? […] En littérature, a-t-on le droit d’être cruel si l’on n’a pas souffert soi-même ? […] Il faut de temps en temps que l’on me fasse souvenir des gens avec qui je suis fâché – sans quoi je ferai des gaffes ! […] Quand une femme est courtisée par un homme qui lui déplaît physiquement, elle le prend en horreur. Il ne devrait que lui déplaire — mais il lui devient odieux tellement elle se méfie d’elle-même, tellement elle est peu sûre de ne pas lui céder, un jour — et, d’avance, elle en est écoeurée. […] Il y a des hommes trompés qui doivent coucher avec leur femme en se disant : Il n’y a pas que moi qui suis cocu… et en ce moment, c’est l’autre ! »

Vous pouvez acheter ce précieux document (référence 25468) de notre dernier catalogue au prix de 2000 euros. (Emballage protégé et envoi en recommandé avec AR: OFFERT pour la France). Une facture sera délivrée à l’acheteur.

The price for this item is 2000 euros. An invoice will be issued to the purchaser. (Shipping by ordinary : FREE or Fedex 80 euros for CEE).

Nous avons un fonds très riche en lettres, dessins et manuscrits de Sacha Guitry. N’hésitez pas à passer nous voir !

Contactez nous par email : contact@autographe.com ou par téléphone : 33 (0)1 43 25 60 48, ou à notre galerie :

Galerie ARTS ET AUTOGRAPHES

Jean-Emmanuel RAUX, expert

9 rue de l’Odéon — 75006 PARIS

Tél.: 01 43 25 60 48

Galerie ouverte du mardi au samedi inclus de 11 h à 12 h 30 et 14 h à 18 h.

Extraordinaire cette très longue lettre de 6 pages d’Yvonne Printemps à Sacha Guitry que nous avons la chance d’avoir trouvé et que nous vous présentons ici :
PRINTEMPS Yvonne (Yvonne Wigniolle, dite) [Ermont-Eaubonne, 1894 – Neuilly-sur-Seine, 1977], actrice et chanteuse française.
Lettre autographe, signée « Ton petit Von », adressée à Sacha Guitry. [Juin ou juillet 1916 ?]; 6 pages petit in-4°.
Belle lettre d’amour du début de leur passion, écrite par « une pauvre petite chose folle d’amour » à sa « chose chérie ».
Elle raconte l’après-midi dans l’attente de son télégramme: elle a cru mourir ! « Et quand j’ai sentie dans mes mains cette chose qui venait de toi je me suis mise à pleurer comme une folle n’osant pas l’ouvrir et l’ayant ouverte je ne me suis pas calmée – penses tu me disais “Tu” – oh ! ma mé ma mé comme c’est doux le “toi”. Tous tes télégrammes avaient des grands “Vous” qui me semblaient tenir toute la dépêche »… Elle déplore qu’il n’ait pas écrit une lettre de sa main; elle a tant souffert. « J’ai eu des idées effrayantes j’ai pris de l’éther j’en ai bu voulant me rendre très malade Maman pleurait au pied de mon lit. Il me semblait, qu’étant malade je t’oublierais un peu – et ça n’a rien changé […]. Maintenant que je sais qu’il y a autre chose dans la vie, je ne [peux] plus être sans toi, ma fidélité il ne faut même pas en parler. J’aimerais mieux mourir que de sentir d’autres mains que les tiennes s’approcher de moi. Tu m’as fait trouver mon pauvre petit tellement précieux. Sacha, mon Sacha je t’adresse une prière tellement chaude – “ne prends pas de grande décision avant de m’avoir revue”. Tu te rends compte par mes lettres que je suis dans un état un peu fou. Oui c’est de la folie mais c’est tellement sérieux. Aimé chéri, tu m’as appelé “Ma petite chose” […] si c’est bien ça que tu voulais, alors je suis ta chose, ta petite chose à deux genoux et qui te crie “je t’aime je t’aime” »… Elle va partir se fiant à sa promesse de répéter ensemble au début d’août, et elle supplie sa « poupée jolie » de tâcher d’être à elle. « Mets ton corps contre le mien, serre-moi très fort. Ah ! si tu étais là. Aime moi je voudrais pendant une minute oublier que tu es loin. Aime moi c’est tout ce que je te demande. Prends ma bouche »…
C’est un des très beaux documents autographes que possède la galerie Arts et Autographes. Venez nous voir, au 9 rue de l’Odéon à Paris. Tél.: 01 43 25 60 48.