Réf : 30645 MUSIQUE

80 000 €

Réserver

BEETHOVEN Ludwig van [Bonn, 1770 - Vienne, 1827], compositeur allemand.

Lettre autographe signée

Lettre autographe signée « L. v. Beethoven », adressée à un employé de la K. k. Universalkameralamt à Vienne. [26 octobre 1819 ?] ; 1 page in-8° oblongue. « P.P. Ich bitte dem überbringer dieses den Pensions Antheil für meinen Neffen gefälligst einzuhändigen. ergebenster l. v. Beethoven ». « Je vous prie de bien vouloir payer au porteur de cette lettre la part de la pension de mon neveu. [Votre] dévoué L. v. Beethoven » En novembre 1815, décédait un des frères de Beethoven, Karl, laissant son épouse Johanna (dont l’inconduite était notoire et n’inspirait à Beethoven qu’horreur et mépris) et un fils âgé de neuf ans, appelé lui aussi Karl. La tutelle de ce dernier fut confiée d’abord à Beethoven, puis conjointement à lui et à Johanna. Cette situation se révéla chaotique pour tout le monde et à l’origine de cinq ans de procès acharnés et de drames. Au prix de grands sacrifices, Beethoven s’occupa tant bien que mal de l'éducation de ce neveu difficile. Les soucis et les déceptions seront à la hauteur de ses ambitions pour le jeune Karl, tiraillé entre sa mère et son oncle idéaliste. La présente missive est adressée à l’administration compétente pour le paiement de la pension de Johanna. Dans un contrat du 10 mai 1817, celle-ci s’était engagée à céder la moitié de sa pension comme contribution à l’éducation de son fils Karl. Cette participation, payable tous les trois mois en avance, se montait à 41 Gulden 6 Kreuzer et la somme annuelle à 166 Gulden 30 Kreuzer. Le 26 octobre 1819 Beethoven a essayé, en vain, d’obtenir de cet office le paiement de la part due à son neveu de la pension de sa belle-sœur (voir lettre 1349 du 27 octobre 1819 à Johann Baptist Bach). Ce document est peut-être en rapport avec cette démarche. (Cette lettre est publiée sous le n° 1346 dans la Correspondance générale de Beethoven. (Très belle signature).