logo

Arts & Autographes

Réf : 32813 MUSIQUE

5 500 €

Réserver

BRAHMS Johannes [Hambourg, 1833 - Vienne, 1897], compositeur allemand.

Lettre autographe signée

Lettre autographe signée «J. Br. », adressée à son éditeur Fritz Simrock. [Ischl, le 18 juin 1896] ; 3 pages in-8. Publiée dans la correspondance de Brahms à Simrock (n° 915). « L[ieber] F[reund] Ausser bestem Dank für Novitäten und Reisebericht kommt hier ein kleiner Wunschzettel : Eine Rechnung, die ich bei Brasch zu bezahlen bitte – von dem Honorar, das mir natürlich recht ist. Dann aber : Stockhausen hat am 22sten Juli seinen siebzigsten Geburtstag. Die Schnadahüpfl sind wohl bis dahin nicht erschienen ; aber möchtest Du ihm nicht einen vorläufigen Abzug schicken – aber einige Tage vorher, dass er's in Ruhe ansehen kann. Klinger könntest Du wohl auch so ein Vorläufiges schicken ? Smetana sehe ich ganz gern wieder ; an Gernsheim habe ich leider nicht mitgearbeitet !? Jedenfalls bitte ich mir freundlich meine Fuge für Orgel “O Traurigkeit” zu schicken. Für heute nur noch schönen Gruss und fröhliche Sommertage wünschend Dein J. Br. » Traduction : « C[her] A[mi] Hormis mes remerciements pour les nouveautés et les nouvelles de voyage, voici une petite liste de souhaits : une facture que je te demande de payer à Brasch – sur des honoraires qui, bien sûr, me conviennent. Le 22 juillet, Stockhausen fête son soixante-dixième anniversaire. Les auréoles ne sont peut-être pas apparues d’ici là, mais tu ne veux pas lui faire une déduction temporaire – mais quelques jours plus tôt, il peut regarder ça tranquillement. Peux-tu envoyer à Klinger comme ça ? Je suis heureux de revoir le Smetana; je n’ai malheureusement pas travaillé sur Gernsheim !? Quoi qu’il en soit, je te demande amicalement de m'envoyer ma fugue pour orgue "Ô tristesse". Pour aujourd’hui, je te souhaite encore mes meilleures salutations et joyeuses journées d’été. Ton J. Br. »  Bad Ischl, dans le Salzkammergut, avait le statut de résidence d’été impériale de l’empereur François-Joseph. Brahms y séjourna de nombreuses fois entre 1880 et 1896. Cette lettre fut donc écrite lors de son dernier séjour, le compositeur devant décéder à Vienne moins d’un an plus tard. - C. Brasch était un célèbre photographe à Berlin. Il réalisa plusieurs clichés de Brahms. - Julius Christian Stockhausen [1826-1906], était un baryton et professeur de chant allemand, grand interprète de Schubert et de Brahms, dont il était l’un des amis intimes. - Max Klinger [1857-1920], peintre, sculpteur, graveur et écrivain allemand. La part la plus secrète de l’art de Klinger est certainement son œuvre gravé (plus de quatre cent planches), qui puise sa singularité dans la musique, notamment celle de Johannes Brahms. La Brahmsphantasie, ensemble spectaculaire de quarante et une gravures inspirées par des partitions de Brahms, sera exposée dans sa totalité. Klinger les a conçues comme un prolongement visuel de la musique et elles permettent d’apprécier pleinement sa richesse d’invention et sa virtuosité technique. Les spécialistes la considèrent comme le chef-d’oeuvre de la gravure allemande du XIXe siècle. - Sans doute, Simrock procédait à une réédition d’œuvres de Smetana (1824-1884). - Friedrich Gernsheim [1839-1916] était un compositeur allemand, auteur notamment de quatre symphonies, dont la dernière en si bémol majeur, op. 62, fut composée en 1895 et éditée chez Sirmock. “O Traurigkeit, o Herzeleid” est une œuvre pour orgue de Brahms, composée d’un Prélude (1858) et d'une Fugue (1873).