Réf : 31983 LITTERATURE

200 €

Réserver

[CHATEAUBRIAND François René, vicomte de [Saint-Malo, 1768 - Paris, 1848], écrivain français. ]— BOIS DE BEAUCHESNE vicomte Alcide-Hyacinthe du [1804 - 1873], gentilhomme de la cour du roi Louis XVIII, chef du cabinet de la direction générale des Beaux-Arts au ministère de la Maison du Roi et célèbre auteur de l’ouvrage Louis XVII, sa vie, son agonie et sa mort, captivité de la famille royale au Temple.

Ensemble de deux brouillons de lettres autographes dont une signée

Ensemble de 2 brouillons de lettres autographes dont une signée, adressées à Chateaubriand. 4 août 1834 et 2 juillet 1835 ; 2 pages 1/2 in-8° et in-12. « M. le V te, le premier exemplaire d’un ouvrage breton revient de droit à la première gloire de la Bretagne. Si quelques mains ont ouverts ce livre, c’est qu’à plusieurs pages on avait aperçu votre nom. Ce nom est pour elle la première chance de succès, comme votre regard fut pour moi le premier des encouragements. Vous agréerez l’hommage d’un Breton qui sais se dévouer, mais qui parle mal de son respect et de son admiration ». « Monsieur le Vicomte, je me suis souvenu un jour de ce vers de Boileau “Soyez plutôt maçon si c’est votre talent” et aussitôt j’ai laissé la plume et j’ai saisi la truelle. N’allez pas croire au moins que l’ambition soit entrée dans une tête bretonne en me faisant maçon dans l’ordre des choses. Je n’ai pas, en cela, je vous jure, la pensée de flatter le Roi de notre choix. C’est une petite maison gothique que j’élève et sous ce toit d’un autre âge je ne veux que me mettre à l’abri des mages de celui-ci. Je fais mon oeuvre en silence et lentement comme un pauvre blessé de juillet peut le faire, car j’ai eu comme tout le monde, ma part de la prospérité générale. Je viens vous demander une grâce : c’est la permission de faire peindre sur un des vitraux de ma maison à côté des hermines de notre Bretagne des armoiries de mes amis poètes, ce vieil écu des Chateaubriand auquel vous avez ajouté tant de rayon de gloire. Dans ces […] de déceptions, ce sera pour moi une consolation et une joie d’orgueil national, d’avoir ainsi constamment sous les yeux le souvenir du plus beau caractère poétique et du plus beau génie littéraire des […] modernes. Ne prenez pas la peine de me répondre mais soyez assez bon pour n’envoyer que l’empreinte de votre cachet. Veuillez agréer la nouvelle expression de mon respect et de ma reconnaissance. » On y joint trois gravures représentant Chateaubriand à divers moments de sa vie.