Investir dans les autographes

Vous êtes ici :
Appelez-nous 01 43 25 60 48

Arts & Autographes
9 Rue de l'Odéon
75006 Paris

Ouvert du mardi au samedi
de 11h a 12h30 et 14h à 18h


Expertise Autographes expertise autographes de prestige

100 autographes de prestige trouvés


Rechercher :



Manuscrit autographe signé

JOUHANDEAU Marcel
Manuscrit autographe signé. 1949 ; 166 pages in-4° en 2 forts cahiers. On joint 3 feuillets imprimés ou dactylographiés du Collège Saint-Jean de Passy, dont un donne les horaires de la classe de 6ème rose pour laquelle Jouhandeau assurait les cours de français et de latin, ainsi qu’un exemplaire de l’édition définitive Gallimard de 1966. Chaque cahier comporte un envoi signé à Gilbert Sigaux daté du 28 avril 1949. Il s’agit du manuscrit intégral de l’ouvrage « Ma classe de sixième » publié aux éditions de Flore en 1949, puis en 1954 chez Gallimard. Les pages 138 à 152 sont constituées de collages de textes déjà imprimés avec corrections autographes. Le 1er cahier commence par deux pages inédites sur la classe de 6ème, et à l’inverse, l’introduction de l’ouvrage imprimé ne figure pas dans les cahiers. On relève par ailleurs quelques différences mineures entre le manuscrit et le texte définitif. « Jouhandeau était un pédagogue original mais sérieux doublé d’un fin psychologue. Il faisait une correction positive qui stimulait au lieu de décourager, en maniant la carotte plutôt que le bâton ». (M. Bouvet) Jouhandeau a enseigné 26 ans et demi à Passy et ses élèves en gardent un excellent souvenir : « Marcel Jouhandeau fut mon professeur de sixième, et il reste pour moi l’incarnation du maître idéal. Alors que presque tous nos maîtres avaient des surnoms, lui, c’était Monsieur Jouhandeau, il était celui que l’on ne chahutait pas. Pourquoi? Tout simplement parce que, merveilleux conteur, il nous contait son cours comme une histoire : la grammaire latine prenait des allures d’épopée et les accords devenaient des contes de fées ». (Michel Gilet)


Réf: 26208

12000 euros







Importante correspondance de 116 lettres autographes signées, adressées à Édouard Champion (8 non signées).

BARNEY Natalie Clifford
Importante correspondance de 116 lettres autographes signées, adressées à Édouard Champion (8 non signées). 1901-1935 et s.d. ; 135 pages formats divers, quelques adresses et enveloppes. Belle correspondance marquée par le souvenir de Renée Vivien, à l'ami éditeur qui était aussi son «cher voisin» (il habitait au 30 rue Jacob, Natalie au 20). Au dos d'une lettre de l'éditeur Edward Sansot, prévenant que le titre Le Tombeau de Renée Vivien est déjà pris pour une plaquette d'un jeune poète: «Que doit-on faire? Garder quand même Le Tombeau de Renée Vivien quitte de le changer plus tard?» ([mai 1910])... «Il me vient à l'idée d'avoir un article de tête depuis que le jeune Bouvelet en a eu un par Richepin au Figaro. Nous en parlerons, et choisirons notre beau parleur. Comment faire parvenir mes livres à Barrès»... «j’ai vu Le Veilleur de nuit [de Sacha Guitry] et n'y puis aller ce soir, ni samedi. Pourquoi êtes-vous si réfractaire à jouer la comédie, vous qui en êtes si volontairement le spectateur»... ([février 1911])... Proposition d'une nouvelle traduction du Banquet de Platon par Mario Meunier... « Merci du Ton de Paris qui est exquis de finesse, et où je vous réserve un rôle»... «Sansot m'écrit qu'il peut mettre en vente quelques exemplaires des trois nouveaux volumes de Renée Vivien» (30 janvier 1913)... Envoi de prospectus d'E. Sansot pour 3 volumes de luxe de Renée Vivien: Champion accepterait-il d'en prendre en dépôt? «Pour mon roman voici un échantillon du Van Gelder véritable [...]. Il doit me faire Éparpillements dans un Van Gelder plus léger» (jeudi matin [1913])... «Cher guerrier-éditeur-voisin-ami, je suis venue demander une lettre de l'Amazone à qui de droit. [...] Comme je suppose que vous n'en voulez pas fait de chic, mais une réponse véritable, je vous recommande la patience qui est la première vertu d'un soldat» (23 janvier 1915)... En attendant les épreuves du Mercure de France, elle s'enquiert d'un article de Paul Fort qui pourrait passer en même temps que ses poèmes (mardi soir [30.XII.1919?])... «Ne croyez-vous pas qu'il soit temps d'élever à Renée Vivien une stèle, ou de commémorer sa mémoire dans ce Paris qu'elle a tant aimé? Il y a bien le buste que Rodin a fait d'elle, et que même elle-même n'aimait guère [...] J'écris d'abord aux deux ou trois fervents admirateurs de la première heure pour qu'un projet travaille dans leur coeur et dans leur cerveau» (14 juin 1935)... «Les Berthelot les Pierre Mille ma soeur Colette de Jouvenel et deux ou trois autres amis passent la soirée chez moi. Venez avec Henry de Groux vers 10 heures» (mercredi)... Invitation à passer la soirée avec la baronne Deslandes, la comtesse Sabini, Claude Farrère, Aurel et quelques autres (samedi)... «Mourey va faire un article dans l'Opinion sur mes oeuvres» (samedi)... Rendez-vous pour entendre Marguerite Moreno dire des vers, dans l'intimité: elle va en informer Mme de Clermont-Tonnerre «et quelques poètes et poétesses» (dimanche matin)... Organisation d'une soirée pour «admirateurs de Renée Vivien»: envois d'invitations pour Barrès, France et les frères Tharaud, et d'une carte pour le comte Arnould de Gramont: «S'intéresse-t-il spécialement à Renée Vivien, ou est-il poète? Gourmont a songé à Rouveyre»... Prière de faciliter les recherches à la Bibliothèque nationale de son amie Mme Sicilianoz (Miss Eva Palmer)... D'Estournelles de Constant doit présenter à Antoine une pièce dactylographiée: «L'acte est signé Camille Coudert et c'est sous ce nom et non le mien que la pièce si acceptable sera acceptée»... Remerciements pour «un brûle-parfum "licorne de 1775"», et pour une boucle de ceinture entourée de «pierres étranges et symboliques»; don d'un poignard qui protège «même contre les sirènes»; regrets qu'il n'ait pu venir rencontrer l'écrivain anglais Frank Harris; commande de Mademoiselle de Maupin; souvenirs d'Évian, envois d'une pièce de monnaie et de fleurs; soumission d'un article pour Vers et prose, commande du Dictionnaire des antiquités grecques et romaines de Daremberg et Saglio; nombreuses invitations... Etc. On joint 5 cartes de visite autogr., la plupart au crayon; 2 l.a.s. d'Henriette Roggers, et divers documents, dont des cartes d'invitation pour une lecture d'August Duncan.


Réf: 28263

12000 euros







Lettre signée

NAPOLÉON Ier (Napoléon Bonaparte)
Lettre signée « Napol », adressée au roi de Wurtemberg. Paris, 3 avril 1810 ; 1 page in-4°. Rare et importante lettre relative à son mariage avec Marie-Louise. « Dans la persuasion où je suis que Votre Majesté prendra part à ma joie, je ne diffère point à l’informer que l’acte civil de mon mariage avec l’Archiduchesse Marie-Louise d’Autriche a été arrêté et signé à St Cloud le premier de ce mois, et que les cérémonies religieuses ont eu lieu le lendemain dans ma chapelle impériale du Louvre. J’ai lieu d’espérer qu’un événement aussi intéressant pour ma Maison Impériale assurera également la prospérité de mes peuples. En partageant ma satisfaction, Votre Majesté me donnera un témoignage bien flatteur de son attachement à ma personne. »


Réf: 28725

12000 euros







Aquarelle signée en bas à droite

BRASILIER André
Chateau derrière les arbres. Aquarelle signée en bas à droite 54,5 x 74 cm.


Réf: 2072

12000 euros







Collage et gouache sur papier, signée en bas à droite.

LANSKOY André (Andreï Mikhaliovitch, dit)
Composition abstraite. Collages et gouache sur papier. Signé « Lanskoy » en bas à droite. 63 x 41 cm Bibliographie : Sera inclus dans le catalogue raisonné de l’oeuvre d’André Lanskoy actuellement en préparation par le Comité Lanskoy. Certificat du comité André Lanskoy du 27/01/2015.


Réf: 2044

12000 euros







Manuscrit musical autographe signé

HAHN Reynaldo
Manuscrit musical autographe signé « Oraison funèbre d’Alphonse Daudet ». Manuscrit autographe, signé et daté « 18 Déc. 97 » ; 7 pages in-4°, reliure en un volume bradel demi-percaline verte. Précieux manuscrit, écrit comme le précise la note autographe de Reynaldo Hahn suivant sa signature « dans la maison d’Alphonse Daudet et devant son cercueil ». En 1919, Reynaldo Hahn offre le manuscrit à Mme A. Daudet en lui mettant cet envoi autographe, signé de ses initiales « offert respectueusement à Madame Alphonse Daudet par celui qu’Alphonse Daudet honorait d’une bienveillance paternelle et appelait “son petit musico”. La Roche, 1919, R.H. » Pièce très émouvante. Ayant besoin d’une petite musique de scène, Daudet demande à son ami Massenet de lui indiquer le nom de l’un de ses élèves. C’est le plus remarquable qui lui est envoyé. Il s’appelle Reynaldo Hahn et l’écrivain est tout de suite séduit par ce jeune musicien qui se met immédiatement au piano et lui chante, si bien, des mélodies de lui. Il est aussitôt adopté par la famille Daudet, et devient l’un de ses familiers attitrés.


Réf: 30272

12000 euros







Pièce signée « Louis » avec une ligne autographe

LOUIS XIV
Pièce signée « Louis » avec une ligne autographe. Fontainebleau, 7 juillet 1664 ; 1 page in-4°. Le roi nomme des ecclésiastiques dans les diocèses vacants. « Le canonicat de Peronne qui vaque par la mort de Jean baptiste Groniart pour M. Nicolas Groniart, son frere. Le prioré et hospital de la Magdelaine dependance de l’Abbaye de Trouart diocese de Lysieux, ordre de S. Benoît, vaquans par la mort de Dom Pierre de la Croix Religieux de la mesme Abbaye, pour Dom Pierre Louis de Tournay sousprieur la mesme. La chantrerie et canonicat de l’esglise de N. Dame de Vitry le François qui vaque par la mort de M. Pierre Coutelet pour M. Jean Bacle prestre […] La Cure de S. Gatien des Bois diocese d’Évreux, Béziers, Angers, Saintes », etc. Le roi a écrit et signé : « J’ai accordé ce que dessus. Louis ». Précieux document.


Réf: 25510

12500 euros







Lettre autographe signée

POMPADOUR marquise de
Lettre autographe signée, adressée au comte de Saint-Germain. Sans date ; 1 page in-12. Adresse autographe sur la quatrième page, beau cachet de cire rouge armorié aux trois tours. Curieuse missive témoignant de l’influence de la marquise dans les affaires du royaume. « Je n’ay pas entendu faire de plainte icy du dettachement que vous commandiez. J’ignore s’il est des gens à l’armée qui eussent désiré que vous vous fussiez fait battre, ce sentiment serait d’un trop mauvais citoyen […]. Quoiqu’il en soit, soyez très persuadé que la vérité ne m’est pas cachée […] et qu’en conséquence, je vous rends […] toute la justice qui vous est due. » Ex-collection Barbet, n°296 de la vente de 1932. Signature très rare (Mme de Pompadour ne signait pratiquement jamais ses lettres). Le comte Charles-Louis Saint-Germain (1707-1778), ministre des Armées sous Louis XVI participa à la guerre de Sept Ans où il eut une conduite plus courageuse que celle des autres officiers : « Il avait fuit moins loin » dit Lacretelle. Mais son caractère le portait à ne voir autour de lui que complots et traîtres conjurés pour le perdre.


Réf: 25561

13000 euros







Document historique

CAPITULATION DE MAYENCE
— Document historique. Marienborn, 22 juillet 1793 ; 3 pages 1/2 in-folio. Important et extraordinaire dossier de la capitulation de la ville de Mayence en 1793 : L’acte comporte 14 articles. L’article 3 est refusé : « Il sera accordé à la garnison d’emmener avec elle, ses pièces de campagne et ses caissons. » L’article 2 (« La garnison sortira avec tous les honneurs de la guerre, emportant ses armes, ses bagages et autres effets appartenant en propre aux individus de la garnison et des vivres pour la route ») est accepté sous conditions : « La garnison ne servira point durant un an contre les armées des puissances coalisées. » L’article précise que « l’armée française livrera à Sa Majesté le Roi de Prusse la ville de Mayence et Cassel, ainsi que leurs fortifications et tous les postes qui en dépendent, dans leur état actuel ». À la fin de la capitulation le général d’Oyré a copié de sa main « le Lt Gal commandant l’armée combinée devant Mayence de Kalckreuth, le Gal de Brigade commandant en chef à Mayence à Cassel et dépendances », et a signé. On joint une lettre du général Favart datée de Metz du 23 octobre 1792 par laquelle il apprend « par un courrier extraordinaire envoyé au général Kellermann, que la ville de Mayence est en notre pouvoir, je m’empresse de vous en faire part. » On joint aussi un décret imprimé de la Convention nationale du 4 août 1793 « Portant que la garnison qui était à Mayence a bien mérité de la Patrie ». On joint également deux gravures tirées de La France militaire sur la reddition de Mayence et un plan du siège de Mayence. — Le laissez-passer de la négociation. Pièce autographe signée du « Lieutenant Général », Kalckreuth. Quartier Général de Marienborn, 22 juillet 1793 ; 1/2 page in-folio en français et en allemand, beau cachet de cire rouge. Friedrich Adolf von Kalckreuth [1737-1818], général prussien, fit le siège de Mayence, et fut un des plus vaillants adversaires de la France dans les guerres de la Révolution et de l’Empire. « Tous les postes de l’armée combinée laisseront passer librement pour se rendre de Mayence à Marienborn, M. le général d’Oyré, commandant en chef à Mayence, M. le colonel Du Douai de l’artillerie, l’aide de camp de M. le général d’Oyré & six de ses gens. » (On sait qu’après le siège et la capitulation, la courageuse garnison put sortir de Mayence avec les honneurs de la guerre, et revenir en France sous la seule condition de ne pas porter les armes contre la Prusse pendant un an). Très rare. Ensemble de l’acte de la capitulation et du laissez-passer très précieux.


Réf: 25381

13500 euros







Lettre autographe signée

MONET Claude
Lettre autographe signée, adressée à Gustave Geffroy. Giverny, 15 janvier 1913 ; 2 pages 1/4 in-8°, enveloppe timbrée jointe. « J’ai reçu votre dernier volume sur Florence dont je vous remercie, mais je voudrais bien avoir de vos nouvelles et de bonnes j’espère de vous et des vôtres. Moi je traîne ma triste vie de soucis sans fin, bien portant sans doute à part mes pauvres yeux que je ne sens guère aller mieux ni pire cependant, et je pense à venir prochainement voir ce qu’en pense mon oculiste. Vous me ferez plaisir en m’envoyant de vos nouvelles. »


Réf: 25532

14000 euros