Investir dans les autographes

Vous êtes ici :
Appelez-nous 01 43 25 60 48

Arts & Autographes
9 Rue de l'Odéon
75006 Paris

Ouvert du mardi au samedi
de 11h a 12h30 et 14h à 18h


Expertise Autographes expertise autographes de prestige

100 autographes de prestige trouvés


Rechercher :



Aquarelle signée en bas à droite

BRASILIER André
Chateau derrière les arbres. Aquarelle signée en bas à droite 54,5 x 74 cm.


Réf: 2072

12000 euros







Collage et gouache sur papier, signée en bas à droite.

LANSKOY André (Andreï Mikhaliovitch, dit)
Composition abstraite. Collages et gouache sur papier. Signé « Lanskoy » en bas à droite. 63 x 41 cm Bibliographie : Sera inclus dans le catalogue raisonné de l’oeuvre d’André Lanskoy actuellement en préparation par le Comité Lanskoy. Certificat du comité André Lanskoy du 27/01/2015.


Réf: 2044

12000 euros







Pièce signée « Louis » avec une ligne autographe

LOUIS XIV
Pièce signée « Louis » avec une ligne autographe. Fontainebleau, 7 juillet 1664 ; 1 page in-4°. Le roi nomme des ecclésiastiques dans les diocèses vacants. « Le canonicat de Peronne qui vaque par la mort de Jean baptiste Groniart pour M. Nicolas Groniart, son frere. Le prioré et hospital de la Magdelaine dependance de l’Abbaye de Trouart diocese de Lysieux, ordre de S. Benoît, vaquans par la mort de Dom Pierre de la Croix Religieux de la mesme Abbaye, pour Dom Pierre Louis de Tournay sousprieur la mesme. La chantrerie et canonicat de l’esglise de N. Dame de Vitry le François qui vaque par la mort de M. Pierre Coutelet pour M. Jean Bacle prestre […] La Cure de S. Gatien des Bois diocese d’Évreux, Béziers, Angers, Saintes », etc. Le roi a écrit et signé : « J’ai accordé ce que dessus. Louis ». Précieux document.


Réf: 25510

12500 euros







Lettre autographe signée

POMPADOUR marquise de
Lettre autographe signée, adressée au comte de Saint-Germain. Sans date ; 1 page in-12. Adresse autographe sur la quatrième page, beau cachet de cire rouge armorié aux trois tours. Curieuse missive témoignant de l’influence de la marquise dans les affaires du royaume. « Je n’ay pas entendu faire de plainte icy du dettachement que vous commandiez. J’ignore s’il est des gens à l’armée qui eussent désiré que vous vous fussiez fait battre, ce sentiment serait d’un trop mauvais citoyen […]. Quoiqu’il en soit, soyez très persuadé que la vérité ne m’est pas cachée […] et qu’en conséquence, je vous rends […] toute la justice qui vous est due. » Ex-collection Barbet, n°296 de la vente de 1932. Signature très rare (Mme de Pompadour ne signait pratiquement jamais ses lettres). Le comte Charles-Louis Saint-Germain (1707-1778), ministre des Armées sous Louis XVI participa à la guerre de Sept Ans où il eut une conduite plus courageuse que celle des autres officiers : « Il avait fuit moins loin » dit Lacretelle. Mais son caractère le portait à ne voir autour de lui que complots et traîtres conjurés pour le perdre.


Réf: 25561

13000 euros







Document historique

CAPITULATION DE MAYENCE
— Document historique. Marienborn, 22 juillet 1793 ; 3 pages 1/2 in-folio. Important et extraordinaire dossier de la capitulation de la ville de Mayence en 1793 : L’acte comporte 14 articles. L’article 3 est refusé : « Il sera accordé à la garnison d’emmener avec elle, ses pièces de campagne et ses caissons. » L’article 2 (« La garnison sortira avec tous les honneurs de la guerre, emportant ses armes, ses bagages et autres effets appartenant en propre aux individus de la garnison et des vivres pour la route ») est accepté sous conditions : « La garnison ne servira point durant un an contre les armées des puissances coalisées. » L’article précise que « l’armée française livrera à Sa Majesté le Roi de Prusse la ville de Mayence et Cassel, ainsi que leurs fortifications et tous les postes qui en dépendent, dans leur état actuel ». À la fin de la capitulation le général d’Oyré a copié de sa main « le Lt Gal commandant l’armée combinée devant Mayence de Kalckreuth, le Gal de Brigade commandant en chef à Mayence à Cassel et dépendances », et a signé. On joint une lettre du général Favart datée de Metz du 23 octobre 1792 par laquelle il apprend « par un courrier extraordinaire envoyé au général Kellermann, que la ville de Mayence est en notre pouvoir, je m’empresse de vous en faire part. » On joint aussi un décret imprimé de la Convention nationale du 4 août 1793 « Portant que la garnison qui était à Mayence a bien mérité de la Patrie ». On joint également deux gravures tirées de La France militaire sur la reddition de Mayence et un plan du siège de Mayence. — Le laissez-passer de la négociation. Pièce autographe signée du « Lieutenant Général », Kalckreuth. Quartier Général de Marienborn, 22 juillet 1793 ; 1/2 page in-folio en français et en allemand, beau cachet de cire rouge. Friedrich Adolf von Kalckreuth [1737-1818], général prussien, fit le siège de Mayence, et fut un des plus vaillants adversaires de la France dans les guerres de la Révolution et de l’Empire. « Tous les postes de l’armée combinée laisseront passer librement pour se rendre de Mayence à Marienborn, M. le général d’Oyré, commandant en chef à Mayence, M. le colonel Du Douai de l’artillerie, l’aide de camp de M. le général d’Oyré & six de ses gens. » (On sait qu’après le siège et la capitulation, la courageuse garnison put sortir de Mayence avec les honneurs de la guerre, et revenir en France sous la seule condition de ne pas porter les armes contre la Prusse pendant un an). Très rare. Ensemble de l’acte de la capitulation et du laissez-passer très précieux.


Réf: 25381

13500 euros







Lettre autographe signée

Docteur Émile BLANCHE sur Gérard de NERVAL
Lettre autographe signée. Passy, 24 septembre 1862 ; 2 pages 1/2. « Je vous remercie de la lettre affectueuse que vous avez bien voulu m’écrire […]. Je m’empresse de vous adresser toutes les pièces dont je vous ai parlé qui peuvent vous intéresser, et je n’ai pas besoin de vous dire que j’approuve d’avance tel usage qu’il vous plaira d’en faire. » À la suite de cette lettre, le remarquable passage sur Gérard de Nerval « Gérard de Nerval est entré pour l’avant-dernière fois dans la maison de Passy le 8 8 bre 1853. Il en est sorti le 27 mai 1854 pour voyager en Allemagne. Il a été ramené à la Maison de santé le 8 août 1854. Il en est sorti définitivement le 18 8 bre 1854. Il est mort le 26 janvier 1855. » Le 27 janvier 1855, le docteur Blanche écrivait :  « Se croyant la même énergie d’imagination et la même aptitude au travail, Gérard de Nerval comptait pouvoir vivre, comme autrefois, du produit de ses œuvres ; il travailla plus que jamais, mais il fut déçu dans ses espérances. Sa nature indépendante et sa fierté de caractère s’opposaient à ce qu’il voulût rien recevoir, même des amitiés les plus éprouvées ; sa raison s’est égarée, et c’est bien certainement dans un accès de folie qu’il a mis fin à ses jours. »


Réf: 24413

14000 euros







Lettre autographe signée

MONET Claude
Lettre autographe signée, adressée à Gustave Geffroy. Giverny, 15 janvier 1913 ; 2 pages 1/4 in-8°, enveloppe timbrée jointe. « J’ai reçu votre dernier volume sur Florence dont je vous remercie, mais je voudrais bien avoir de vos nouvelles et de bonnes j’espère de vous et des vôtres. Moi je traîne ma triste vie de soucis sans fin, bien portant sans doute à part mes pauvres yeux que je ne sens guère aller mieux ni pire cependant, et je pense à venir prochainement voir ce qu’en pense mon oculiste. Vous me ferez plaisir en m’envoyant de vos nouvelles. »


Réf: 25532

14000 euros







Photographie autographe signée, dédicacée

SAINT-EXUPÉRY Antoine de
Photographie autographe signée, dédicacée à Emile Lassalle. [Vers 1938] ; 146 X 110 mm. Antoine de Saint-Exupéry, en compagnie de son mécanicien André Prévot posent devant un avion, en janvier 1938. « Pour Monsieur Emile Lassalle, en très amical souvenir A.de Saint Exupéry ». Photographie Mondial Photo Presse (cachet au dos). Les photographies dédicacées de Saint-Exupéry sont d’une grande rareté.


Réf: 25576

15000 euros







Archive

CRISPIN Janine
Important ensemble de correspondance et photographies provenant des archives de Jeanine Crispin. — Une très importante correspondance (plus de 200 lettres très denses) de Jules Roy à Jeanine Crispin. Correspondance littéraire et amoureuse totalement inédite et très intéressante, relative à leur relation, à ses oeuvres et au théâtre. — Une très importante correspondance amoureuse entre Jeanine Crispin et Georges Kessel (le frère de Joseph Kessel) qu’elle a finalement épousé (plusieurs centaines de lettres extraordinaires de J. Crispin et autant de G. Kessel). — Une correspondance inédite de Louis Jouvet à J. Crispin. De nombreuses autres lettres figurent dans cette correspondance, notamment de Jean-Louis Barrault qui l’a accompagné et a joué avec elle dans les tournées à l’étranger de Louis Jouvet, Jean-Louis Curtis, Maurice Druon, Joseph Kessel, Ludmilla Pitoëff, André Boll et de nombreux autres. De nombreuses photographies agrémentent cet ensemble complètement conservé. On joint le journal manuscrit de Jeanine Crispin (plusieurs centaines de pages). L’ensemble est classé dans 7 classeurs.


Réf: 25406

15000 euros







Précieux objet intime

COLETTE (Sidonie Gabrielle Colette, dite)
« Carnet intime ». 95 X 65 mm. Semainier inséré dans une reliure constituée de deux plaques de porcelaine décorées de bouquets floraux à base de roses dans une monture de métal doré, dos de velours bleu, restes d’un porte crayon latéral. Cette sorte d’almanach intitulé Souvenir comporte un frontispice et quelques pages où sont gravés les noms des jours. Ce précieux objet personnel de Colette montre la grande sensibilité de l’écrivain aux fleurs. Colette a écrit à trois reprises : « Aller voir Annie… » et, à la suite : « … et comme ça jusqu’à la fin des jours, c’est la grâce que je me souhaite. Colette de Jouvenel ». Colette écrivit certainement dans ce carnet dans les années 1914-1918. Il figure reproduit dans l’ouvrage de Germaine Beaumont Colette par elle-même. PÈNE Annie de [Blosseville-Bonsecours, 1871 - Paris, 1918], amie de Colette, enfant naturelle, jeune femme divorcée, mère privée de ses enfants, elle n’était pas destinée à la carrière des lettres et fut pourtant libraire, éditrice, journaliste, reporter et chroniqueuse pendant la Grande Guerre, romancière. Elle animait à la fin de la guerre un salon littéraire réputé.


Réf: 26191

15000 euros